Agevillage

Accord de bon usage des soins

La CFTC et l’UNOF contre toute réduction de prescription de médicaments aux plus de 70 ans


Partager :

L’Accord de bon usage des soins (Acbus) visant à limiter à 5 le nombre de médicaments prescrits simultanément aux plus de 70 ans aprovoqué une mise en garde de la CFTC et de l'Unof, syndicat de médecins généralistes.

Pourcentages globaux contre santé individuelle

L’ Acbus (Accord de bon usage des soins) signé entre la Caisse nationale d'assurance maladie et le syndicat de généralistes MG-France, dans le but de réduire de 30% à 20% le nombre de personnes âgées de plus de 70 ans prenant au moins cinq médicaments à la fois a provoqué une réaction mitigée de la CFTC et de l'Unof, syndicat de médecins généralistes.Dans un communiqué, la CFTC "considère que l'instauration d'une tellelimitation n'est pas acceptable d'autant que les commissions scientifiques médicales qui la préconisent ne suggèrent aucune hypothèse d'ordonnance-type"."Mettre en place un tel dispositif constituerait une non-assistance à personnes en danger dans la mesure où pourrait ne pas être prescrit un médicament pourtant nécessaire", poursuit-elle."La prescription thérapeutique est un acte médical délicat et cet accord ne ferait que sanctionner les personnes âgées de plus de 70 ans dont les problèmes de santé s'aggravent", affirme la CFTC.L'Union nationale des omnipraticiens français (branche généraliste de la CSMF, majoritaire, et non signataire de l'actuelle convention des généralistes), se dit "étonnée de l'empressement" de la Cnam et de MG-France "de régler le problème de la polymédication des personnes gées". "Prendre en compte de manière uniquement comptable cette notion représente une vision très réductrice et empirique", argumente-t-elle. "Pourquoi 10% ? Pourquoi 5 médicaments", demande l'Unof."La frontière entre la prise de risque calculée et une abstention thérapeutique, qui entraînerait une perte de chance pour le patient, doit être définie par les sociétés savantes et non à coup de pourcentages, qui, dans leur globalité, ne tiennent aucun compte du cas individuel", a conclu le syndicat.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -