Agevillage

Assurance Maladie : premier bilan des analyses médicales

296 millions d'actes en 2001


Partager :

L'étude BIOLAM, publiée par l'Assurance Maladie dresse une première analyse des actes de biologie médicale. En 2001,296 millions d'actes de biologie ont été réalisés pour un montant de 2,1 milliards d'euros.Deux populations sont les principales bénéficiaires de ces actes de biologie :les personnes âgées entre 70 et 79 ans pour un montant de 324 millions d'euroset les « 30 - 39 ans » (dont 77 % de femmes) pour un montant de 341 millions.

Un poste de santé en forte progression

Les analyses biologiques ont connu une progression de + 7,3 % en 2001/2001, soit un des postes de santé en plus forte augmentation.Si la progression de ces dépenses est dûe en partie à la multiplication d'actes qui ne sont pas justifiés médicalement, il ne faut pas oublier qu'une grande partie de cette augmentation traduit l'amélioration de la prise en charge de certaines maladies, en particulier le diabète.L'amélioration de la prise en charge du diabète a été une priorité depuis 1999. Cela s'est traduit par la généralisation du dosage de l'hémoglobine glyquée, qui permet de contrôler le taux de sucre chez les diabétiques de type 2. Ce programme a généré 2.8 millions d'actes en 2001, soit une progession de 22,3 %.De même, le dépistage du risque cardio-vasculaire par l'intermédiaire du contrôle du taux de cholestérol sanguin a largement été suivi. Ce qui s'est traduit par une augmentation de + 38,9 % en 2001 par rapport à 1999.

Des actes biologiques prescrits sans justification médicale

Si l'augmentation d'actes de biologie pour le suivi ou le dépistage de certaines maladies se trouve largement justifiée, la progression de prescription de certains actes de biologie semble être sujet à polémique.Sont visés les actes de biologie concernant les explorations thyroïdiennes, les marqueurs tumoraux et les dosages de DHEA. Les explorations thyroïdiennes ont augmenté de 19.3 % avec 6,6 millions d'actes remboursés en 2001. C'est surtout le nombre de bilan complet qui a augmenté de façon considérable alors que l'ANAES (Agence nationale d'accréditationet d'évaluation en santé)estime que le dosage isolé de la thyréostimuline (TSH) est suffisant pour dépister une anomalie de la fonction thyroïdienne. Seul l'examen de la TSH en première intention devra être prescit.Dans le cas des marqueurs tumoraux, les augmentations des actes (+ 15,2 %) sont essentiellement liées aux dosages itératifs (correspond à nouvelle analyse avec reprise du sérum déjà dosé ultérieurement). L'intérêt des dosages itératifs est fortement contesté et leur remboursement devrait être remis en cause.Enfin, les dépenses de biologie de dosage de la DHEA ont fortement augmenté, avec 169 000 actes (+ 146,8 % entre 2000 et 2001). Cette augmentation ne surprendra personne quand on sait que la DHEA est prescrite couramment comme « pilule de jouvence ».



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -