Agevillage

Maisons de retraite en nombre insuffisant

40.000 lits à créer d’urgence


Partager :

Hubert Falco, secrétaire d'Etat aux personnes âgées et Luc Broussy, délégué général du syndicat des maisons de retraites privées (Synerpa) sont d’accord sur deux choses : une pénurie de lits en maison de retraite se profile à très court terme. Et cette carence est chiffréepar les deux hommes 40 000 environ

Hubert Falco le reconnait

  • Le secrétaire d'Etat aux personnes âgées, Hubert Falco, a reconnu mardi 2 septembre, sur LCI qu'il y avait "40.000 lits à créer" dans les structures d'hébergement pour personnes âgées.Le secteur de l'hébergement connaît "un retard de 15 ans", a rappelé M. Falco, qui a dressé "un constat lourd" de la situation: "20% de lits inadaptés, 5% d'établissements à fermer, 40.000 lits à créer".Dans le secteur de l'aide à domicile, "220.000 personnes travaillent dans des emplois précaires pour encadrer 600.000 personnes dépendantes âgées: c'est insuffisant", a-t-il insisté, ajoutant qu'il voulait "rendre plus attractif ce secteur"."Cet après-midi, nous allons nous pencher sur ce problème de l'aide à domicile et sur les problèmes d'urgence" dont "les personnes fragilisées (encore hospitalisées, ndlr) qui vont regagner leur domicile", a poursuivi M. Falco. Le ministre s'exprimait quelques heures avant le lancement de la concertation destinée à préparer le plan pluriannuel d'amélioration de la prise en charge globale des personnes âgées, avec le ministre des Affaires sociales François Fillon, et le ministre de la Santé Jean-François Mattei.
  • Le Synerpa chiffre à 40 000

  • Le même jour, le délégué général du syndicat des maisons de retraites privées (Synerpa), Luc Broussy, a rendu public une note affirmant que "l'Etat prépare consciencieusement la pénurie d'hébergement" pour les personnes âgées dépendantes.Selon Luc Broussy, "le nombre de personnes âgée dépendantes demandeuses d'hébergement collectif va augmenter". Prenant appui sur des études de l'Insee et de la direction des études et de la statistique (Drees) du ministère des Affaires sociales, M. Broussy souligne que la population âgée de 85 ans et plus augmentera de 43% entre 2005 et 2010, soit 459.000 personnes, ce qui devrait provoquer une hausse mécanique de la demande d'hébergement en établissement. Or, les lois de 1997 et 2002 qui conditionnent la construction d'un nouvel établissement à l'autorisation de l'Etat, et à l'octroi par les DDASS de crédits pour financer l'enveloppe "soins", conduisent à "une politique malthusienne", et donc à une une pénurie organisée.Selon M Broussy, « les taux d'occupation supérieurs à 95%" .actuellement rendent urgent la construction de nouvelles maisons de retraite. Dans cette note, qu'il dit avoir rédigée "avant l'été", soit avant la canicule, il souligne que l'impossibilité de créer de nouveaux établissements conduit à maintenir ouverts des "établissements indignes".Luc Broussy préconise que les Conseils généraux puissent décider seuls de l'ouverture d'un établissement, sans aval de l'Etat, et réclame à celui-ci une enveloppe annuelle "supérieure à 300 millions d'euros", au lieu des 100 millions d'euros prévus pour 2003.


  • mis à jour le

    Partager :


    Vos réactions

    Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



    Réagir à cet article :

    * ne sera pas affiché


    HAUT DE PAGE

    © Eternis SA -