Agevillage

Au Japon, le jour des personnes âgées, est jour férié

Le rendez-vous japonais du grand-âge


Partager :

Longtemps fixé au 15 septembre, désormais au 3ème lundi du mois, le jour des personnes âgées est férié au Japon, depuis 1966. Hiromi et Aki, deux japonnaises actuellement à Rennes, évoquent ce rendez-vous qui témoigne du respect des sociétés orientales envers le grand âge.
  • De la valeur spirituelle à la valeur commercialeLe jour des personnes âgées célèbre une valeur prônée par le philosophe chinois Confucius. Son origine exacte se perd dans la nuit des multiples règnes des empereurs japonais. Dans ce pays, sur le point de dépasser les 20 000 centenaires, la fête prend une valeur de plus en plus symbolique. Au Japon, en effet, où vivent deux doyens de l’humanité, bientôt 115 et 116 ans, les plus de 65 ans représenteront en 2050, 25% de la population.Symbolique, cette fête, oui … mais aussi "de plus en plus commerciale" déplorent les deux japonaises. Dans un quartier du Nord de Tokio. « Autour d’une statue bouddhiste, les commerces rivalisent pour proposer les plus branché des shopping à un 3ème âge qui a permi le miracle économique japonais et souhaite rester actif jusqu’à environ 65 ans, disent-elles.
  • Rester isolé au Japon est encore impensableQuant aux effet de la canicule sur la population française, il semble qu’ils ont « sidéré le Japon ». Chez nous aussi nous avons des périodes de canicule, remarque Hiromi mais nous sommes mieux équipés en système de climatisation…. Peut-être aussi mieux protégés, pour quelques années encore de l’isolement dont certains français ont été victimes, grâce à une autre organisation sociale et familiale…. Il n’est pas rare au Japon de voir plusieurs générations cohabiter sous le même toit... C’est d’ailleurs parfois très difficile .. » poursuit Aki, qui s’avoue par ailleurs choquée d’entendre les gens accuser l’Etat Français de ce qui s’est passé. Elle dit avoir pu constater que la plupart de ses amis français entretiennent des relations régulières et très affectueuses avec leur grand parents.Mais, ajoute-t-elle « il se peut que beaucoup des vielles personnes disparues cet été n’aient pas eu du tout de famille, d’enfants. Chose impensable au Japon où le mariage, chez les gens de cette génération, était une obligation, le divorce interdit.Vu dans Ouest-France, 15/09/2003, Pascale Vergereau.


  • mis à jour le

    Partager :


    Vos réactions

    Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



    Réagir à cet article :

    * ne sera pas affiché


    HAUT DE PAGE

    © Eternis SA -