Agevillage

François Fillon débloque 40 millions

Les professionnels déçus


Partager :

Le ministre des Affaires sociales, François Fillon, a annoncé mardi sur France Inter, le déblocage le jour même de "40 millions d'euros" pour aider le retour à domicile des personnes âgées encore hospitalisées après la canicule. Les professionnels du secteur, quasi unanimes, ont exprimé leur déception.

Pas assez!

Le ministre des Affaires sociales, François Fillon, avait promis, lundi 15 septembre, des crédits d’urgence aux membres de la mission d'information parlementaire : l’annonce est venue le lendemain – 40 millions d’euros –, mais elle a eu un effet fortement déceptif sur les professionnels du secteur médico-social qui attendaient 300 millions d'euros.En réalité, ces 40 millions d'euros doivent"financer les heures supplémentaires ou les remplacements de personnels » pour aider au retour des personnes âgées hospitalisées en raison de la canicule. 13 millions iront aux "services de soins infirmiers à domicile" et 27 millions aux "maisons de retraite"."Des instructions sont adressées aux préfets sur les modalités de mise en oeuvre de cette mesure", a précisé le ministère des affaires sociales.

  • L'Association des directeurs d'établissements d'hébergement pour personnes âgées (Adehpa) a souligné "le niveau dérisoire des crédits"."Il suffit de le comparer aux 500 millions d'euros débloqués dès le mois d'août en faveur des agriculteurs et aux 100 millions d'euros destinés aux personnes âgées qui ont été gelés au début de l'année",.L'Adehpa a en outre demandé "qu'un plan d'urgence complémentaire soit débloqué dans la semaine", estimant qu"il serait pour le moins étonnant que l'année du décès de 12 à 15.000 personnes âgées, l'Etat leur ait accordé moins de crédits que les 183 millions initialement prévus", dont 80 millions seulement ont été effectivement débloqués en cours d'année.
  • Le Synerpa. "On a là la première annonce concrète depuis le drame du mois d'août mais aussi la première déception concrète", a renchéri le syndicat des maisons de retraite privées (Synerpa). "Sans préjuger des annonces du Premier ministre, prévues le 1er octobre dansle cadre du plan pluriannuel +Vieillissement et Solidarités+, le montant des mesures d'urgence n'est manifestement pas à la hauteur des enjeux". Tant l'Adehpa que le Synerpa ont rappelé que ces premiers crédits étaient un "test" ou un "premier révélateur" de la "volonté du gouvernement" à se saisir du problème de la prise en charge des personnes âgées, dont les carences (en moyens financiers et humain) ont été révélées par la catastrophe sociale et sanitaire de l'été.
  • L'Union nationale des associations de soins et services à domicile (Unassad) a jugé cette injection de crédits positive - le versant sanitaire de son activité - mais s'est "étonnée" de ne voir aucun crédit allouépour le versant social, à savoir l'accompagnement des gestes de la vie quotidienne.
  • La Fédération nationale accueil et confort pour personnes âgées (FNACPPA) s'est dite "perplexe", ajoutant qu'"à titre indicatif, 27 millions d’euros correspondent à une enveloppe d'environ 2.700 EUR par établissement et ne règleront en aucun cas les difficultés auxquelles sont confrontées les professionnels".
  • Les députés PS, par la voix de Paulette Guinchard-Kunstler ancienne secrétaire d'Etat aux personnes âgées, ont estimé que "le gouvernement est loin du compte".


  • mis à jour le

    Partager :


    Vos réactions

    Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



    Réagir à cet article :

    * ne sera pas affiché


    HAUT DE PAGE

    © Eternis SA -