Agevillage

Cinquième risque

François Fillon: taxer le capital et … les retraités imposables


Partager :

Leministre des Affaires sociales François Fillon a déclaré mercredi 24 septembre, qu'il envisageait de taxer les revenus du capital et de faire "participer les personnes retraitées qui ont des revenus imposables" pour financer la perte d'autonomie.

Le jour férié ne taxerait que les salariés

Comment financer un risque dépendance digne de ce nom ? En taxant tout le monde. A cet égard, la suppression d’un jour férié ne frapperait que les salariés et les entreprises. "Or, rien ne justifierait que seuls les salariés et les entreprises financent les dépenses de dépendance et de vieillissement. Il faut que le capital y participe. Il faut sans doute aussi que les personnes retraitées qui ont des revenus imposables soient amenées d'une façon ou d'une autre à participer", a déclaré le ministre des Affaires sociales François Fillon, au cours d'un déplacement dans les Yvelines.Interrogé sur le niveau éventuel de cette taxation, M. Fillon a dit que ce serait du même "ordre de grandeur" que ce que rapporterait un jour férié travaillé, à savoir, "0,25% de la masse salariale", soit "à peu près 2 mds d'EUR".Quant à savoir quels capitaux seraient taxés et comment, le ministre a tenu à souligner que "rien n'était tranché et que ce n'était qu'une piste"."Rien n'est exclu" sur les modes de financement de la dépendance, a-t-il affirmé. "Notre conviction, c'est qu'on ne résoudra pas un problème si important et qui ne va faire que s'aggraver avec le temps simplement par des prélèvements supplémentaires obligatoires qui par ailleurs viendraient handicaper l'économie française. Donc il faut que nous produisions des richesses supplémentaires".

Maintenir l’expérience des conseils généraux

"Le noeud de la question du financement (de ce plan), c'est d'un côté le besoin d'une solidarité nationale. Donc tout le monde pense à un dispositif de type sécurité sociale. Mais en même temps (...), nous sommes aujourd'hui bien placés pour savoir qu'il y a des problèmes de gestion de ce dispositif" , selon M. Fillon."Les départements sont déjà très impliqués dans l'accueil des personnes âgées. Nous cherchons à marier une solidarité nationale et une gestion locale", a indiqué le ministre."Depuis six mois, le département des Yvelines est volontaire pour des expérimentations", a encore dit M. Fillon, qui a rendu visite à l'association d'aide à domicile ADMR à Méré, puis s'est entretenu avec les intervenants de la Coordination gérontologique de Rambouillet, avant de visiter la maison de retraite de Chevreuse.François Fillon, a par ailleurs réaffirmé la volonté du gouvernement de garder le cap sur " le maintien à domicile", voulu par "l'immense majorité des personnes âgées". Une autre action "consiste à donner à tous ceux qui doivent aller dans les établissements des conditions de vie décentes, ce qui est le cas dans beaucoup de maisons (de retraite), mais qui n'est pas le cas partout", a dit M. Fillon.Le ministre a rencontré l'association d'aide à domicile ADMR à Méré, puis s'est entretenu avec les intervenants de la Coordination gérontologique de Rambouillet, avant de visiter la maison de retraite de Chevreuse.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -