Agevillage

Financement de la dépendance et suppression du lundi de Pentecôte

Hypothèses pour une cacophonie


Partager :

Mardi 28 octobre, quatre quotidiens ont annoncé sur la foi d’une information diffusée par le ministère des affaires sociales que le gouvernement avait opté pour la suppression du lundi de Pentecôte comme jour férié pour financer l'aide aux personnes âgées et handicapées.Le même jour, les services du Premier ministre assuraient qu'aucune décision n'était prise. De retour de Poitiers, M. Raffarin lui-même avait souligné dans les couloirs du Sénat que la suppression d'un jour férié n'était que "l'une des hypothèses" envisagées par son gouvernement.Question : ce pataquès de communication était il voulu pour torpiller la mesure ?

Problème de timing ou torpillage volontaire ?

Faire fuiter une information avant l’annonce officielle est une technique de communication plutôt banale. Il s’agit en général de provoquer un mini emballement médiatique qui donnera toute sa valeur à l’information.Mais faire fuiter une information qui n’en est pas une, annoncer comme arrêtée une décision qui n’a pas été prise, peut s’apparenter en revanche à du sabotage. C'est à dire à une tentative de torpiller une proposition qu'on n'approuve pas.Alors, simple problème de timing ou torpillage volontaire ? Selon certaines sources gouvernementales, des désaccords existent au sein du gouvernement sur le bien-fondé de la mesure. Le ministère des Finances est ainsi opposé au projet, et François Fillon, ministre des Affaires sociales, n’a jamais caché son scepticisme sur une proposition qui émanait plutôt du secrétariat d’Etat aux personnes handicapées, sous tutelle de son « confrère », le ministre de la santé, Jean-François Mattei.L’annonce prématurée en provenance du cabinet de François Fillon, avait-elle pour but de provoquer un tollé au sein es organisations syndicales pour faire capoter le dossier ?Les raisons de cette réticence tiendraient à « la trop grande complexité » du dispositif. Dans la majorité, il n’y a guère d’unanimité non plus. Si Jacques Barrot (UMP) est favorable à la suppression du lundi de Pentecôte, l'ancien ministre Alain Madelin (UMP) l'a qualifiée de "très mauvaise idée". Le président de l'UMP Alain Juppé préférerait que l'on consacre "une journée de RTT plutôt qu'un jour férié" à l'aide aux personnes âgées. Ce "couac" gouvernemental intervient alors que depuis la fin de l'été, Matignon a décidé de resserrer et d'harmoniser la parole gouvernementale, en insistant sur la nécessaire "bonne unité" de la communication du gouvernement.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -