Agevillage

Financement de la dépendance

Un grand plan ou un tout petit?


Partager :

Les déficits sociaux paralysent laréflexion sur le financement de la dépendance. Mais deux ou trois choses intéressantes pourraient en sortir

Unifier la dépendance et le handicap?

Faut-il croire Jean-François Copé, porte-parole du gouvernement, lorsqu’il affirme comme il l’a fait, mercredi 29 octobre, que l'instauration d'un jour de solidarité nationale pour la dépendance n’a été pensé que comme un aspect d'"un plan extrêmement ambitieux".La vérité est que la réflexion du gouvernement est paralysée par les déficits sociaux. Surtout, le choix semble fait de ne pas créer de nouvelles charges sans les adosser à des ressources nouvelles. Le problème porte donc sur l’effort supplémentaire qui sera demandé aux citoyens de ce pays en signe de solidarité avec les plus anciens et les handicapés. Tel est le premier point semble-t-il acquis.Le deuxième point est le suivant: le futur plan devait unifier le champ des personnes âgées et celui des personnes handicapées. La secrétaire d'Etat aux Personnes handicapées, Marie-Thérèse Boisseau, a indiqué mercredi 29 octobre que la décision de supprimer un jour férié, le lundi de Pentecôte, pour financer l'aide aux personnes âgées et handicapées était "en train d'être approfondie". "On est en train de travailler la question. Il est évident que le gouvernement doit faire face au problème de dépendance, qu'elle soit due à l'âge ou qu'elle soit due au handicap", a déclaré Mme Boisseau dans la cour de l'Elysée, à l'issue du Conseil des ministres.Pour le reste on ignore tout des modalités ( cinquième risque ou aide sociale) et des montants qui seront mis en jeu.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -