Agevillage

Terrorisme et maladies cardiaques

L’attentat du 11 septembre 2001 a entraîné une hausse des infarctus


Partager :

Le nombre de crises cardiaques traitées dans un hôpital new-yorkais a fortement augmenté à la suite des attentats du 11 septembre 2001, ce qui tend à confirmer le rôle déclencheur de la tension psychologique, selon une étude médicale publiée mercredi 12 novembre. Différentes études ont montré que certains types de stress pouvaient accrotre les risques d'infarctus, mais celle du Dr Jiangwei Feng et de ses collègues fait apparatre un lien direct entre un fait traumatisant et la crise cardiaque au sein d'une grande population.Selon l'équipe du Dr Feng, l'Hôpital méthodiste de Brooklyn a traité 35% d'infarctus de plus que d'habitude pendant les soixante jours qui ont suivi les attentats, et enregistré une hausse de 40% des cas d'arythmie cardiaque graves. Les médecins ont examiné les cas de 425 patients soignés à cet hôpital pour d'éventuels infarctus ou de graves perturbations du rythme cardiaque dans les deux mois postérieurs aux attentats, au cours desquels des avions se sont écrasés contre le World Trade Center (New York), le Pentagone (Washington) et dans un champ de Pennsylvanie. Ils ont comparé ces cas aux dossiers de 428 patients traités pour infarctus ou arythmie présumés dans les deux mois ayant précédé les attentats.Avant le 11 septembre, 11,2% des patients ont effectivement subi des infarctus. Après, 15,3% en ont été victimes, ce qui représente une hausse de 35%, a dit Feng lors d'une réunion de l'Association cardiologique américaine à Orlando (Floride).En ce qui concerne les cas d'arythmie, on est passé de 13% dans les semaines ayant précédé les attentats à 18,8% après, soit une hausse de 40%, a-t-il poursuivi.Selon le Dr Feng, le phénomène s'explique clairement sur le plan biologique. "Chaque fois qu'une personne subit un stress psychologique ou émotif, le taux de catécholamine augmente, ce qui fait monter le rythme cardiaque et la tension, a-t-il dit.La catécholamine est un composé qui agit sur le système nerveux sympathique, lequel influe sur des fonctions tels que le rythme cardiaque et la tension artérielle.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -