Agevillage

Canicule et commission d'enquête parlementaire

Mme Bolot-Gittler, directrice-adjointe du cabinet de Jean-François Mattei mise en cause


Partager :

Le ministre de la Santé Jean-François Mattei, a dénoncé "fermement" mercredi 19 novembre l'accusation de "mensonge" pendant la caniculeportée à l'encontre de la directrice adjoint de de son cabinet, Anne Bolot-Gittler par le député PS Gérard Bapt, qui demande sa démission. Dans un communiqué, M. Mattei "dénonce fermement les propos tenus par M. Gérard Bapt, député, ainsi que ses accusations de mensonge. Il réaffirme toute sa confiance à Mme Anne Bolot-Gittler, la directrice-adjointe de son cabinet, qui est "une grande professionnelle"."De telles mises en cause personnelles sont inacceptables", précise le texte. M. Bapt a affirmé que Mme Bolot-Gittler, "devrait démissionner" car elle a "menti" lors de son audition par la commission d'enquête de l'Assemblée sur la canicule. "Elle a menti gravement au moins par omission, en disant qu'elle n'avait été alertée par personne en rentrant de vacances" au cours de cette audition, le 5 novembre à l'Assemblée, a affirmé le député. Selon M. Bapt, "elle a laissé vide le cabinet du ministère de la Santé pendant tout le week-end critique du 9 et du 10 août". Surtout, "le 11 août, alors qu'elle affirme qu'elle n'avait pas été alertée sur la gravité de la situation", elle a "eu plusieurs alertes téléphoniques du Dr Patrick Pelloux, de Yves Coquin, le directeur adjoint de la direction générale de la Santé et enfin un fax en fin d'après-midi de M. Coquin qui l'alerte sur le fait que les funérariums sont débordés".



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -