Agevillage

Avancee sur la mémorisation

Le nombre des neurones est lié à l'apprentissage


Partager :

Pour la première fois, des chercheurs français viennent de démontrer - sur des rats - que plus importante est la formation deneurones, meilleures sont les aptitudes à se répérer dans l'espace et à apprendre. Ces travaux, réalisés par l'équipe de Nora Abrous (Unité Inserm 588 "Physiopathologie du comportement", à Bordeaux, dirigée par Pier-Vincenzo Piazza), sont publiés mardi par la revue de l'Académie américaine des Sciences,PNAS (Proceedings of the National Academy of Sciences).L'altération de la capacité du système nerveux à modifier et à réorganiser sa structure au gré du temps et des expériences vécues figure depuis longtemps parmi les causes possibles du vieillissement cérébral. Mais c'est la première fois que des chercheurs démontrent effectivement l'existence d'un lien quantitatif entre des dysfonctionnements de la mémoire et des défauts de production de neurones.Nora Abrous et ses collègues ont vérifié la capacité de rats vieillissants à fabriquer de nouveaux neurones selon qu'ils avaient, ou non, une bonne capacité de mémorisation de l'espace.Les chercheurs ont donc identifié parmi ces vieux rats - agés de 20 à 24 mois - ceux qui montraient de réelles difficultés d'apprentissage et ceux dont les facultés étaient identiques à celles de jeunes animaux.Ils les ont ensuite promenés dans un labyrinthe aquatique afin de vérifier leur capacité à atteindre au plus vite une plate-forme immergée dans une piscine. La distance parcourue par chaque animal a été mesurée afin d'évaluer leurs capacités de mémorisation, puis le nombre de neurones nouvellement formés dont ils étaient dotés a été quantifié.La comparaison des résultats obtenus par les deux groupes de rongeurs montre sans conteste, selon les chercheurs, que les rats qui réalisent les meilleures performances lors du test du labyrinthe, sont aussi ceux qui présentent une faculté de fabrication de neurones supérieure aux autres."Ces résultats", écrivent les chercheurs, "fournissent de nouveaux indices des possibles bases neuronales du vieillissement des fonctions d'apprentissageet renforcent l'hypothèse selon laquelle la neurogenèse est impliquée dans les processus de mémorisation".



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -