Agevillage

Action sociale

L’action sociale des communesde 100 à moins de 5000 habitants


Partager :

Sur les 36 679 communes de France, 84% ont un nombre d'habitants situé entre 100 et 5000. Un tiers de ces communes ont entre 100 et 299 habitants. Ceci représente 22,5 millions d’habitants, soit lesdeux cinquième de la population française. La DREES a interrogé un peu plus demille communes sur leurs types d’action sociale.16% déclarent n'en conduire aucune; ce sont des communes rurales et très faiblement peuplées. Les communes urbaines en revanche développent en moyenne quatretypes d’action. Le plus souvent ces actions s’adressent aux personnes âgées. Ensuite viennent les actions en faveur des personnes en difficultés sociales puis auprès des enfants et des adolescents.La DREES relève que la quasi totalité des communes qui mènent une action sociale s’adresse aux personnes âgées et parmi elles, un tiers s’adresse exclusivement à ce public Ainsi, sont distingués trois types de communes de 100 à 5000 habitants, en matière d’action sociale :
  • un groupe très important de communes concentre son action sur les personnes âgées. Il représente 48% des communes étudiées qui mènent une action sociale. Elles sont pour la plupart de très petite taille. L’action en faveur des aînés est ponctuelle, colis et repas de Noël, principalement, et parfois distribution de bons alimentaires ou secours en argent.Dans ce groupe, deux cinquième des communes, interviennent aussi auprès du public des personnes en difficultés principalement par la distribution de bons alimentaires et de jouets aux enfants.
  • un groupe de communes de plus grande taille (28% de l'échantillon) se caractérise par une politique sociale à la fois intense et diversifiée. Ces communes s’adressent à la fois aux personnes âgées, aux personnes en difficultésociale et aux enfants et adolescents. A destination des personnes âgées, aux actions déjà cités dans le groupe précédent s’ajoute ici la distribution de bons de transports. De même à l’attention des personnes en difficultés, elles proposent outre les secours en argent, un apurement des impayés en eau, gaz ou électricité. Auprès des plus jeunes elles privilègient : tarifs réduits pour les colonies ou centres de loisirs, ainsi que pour les tickets de cantine et distributions de jouets.
  • un groupe de petites et moyennes communes dont les interventions sont moins fréquentes mais relativement diversifiées Ces communes (24% de l’ensemble consulté) privilégient moins l’action en faveur des personnes âgées que celles des autres groupes. La majorité d’entre elles intervient auprès d’un seul public, un peu plus d’un tiers intervient auprès de deux publics et 13% intervient auprès de trois publics ou plus.
  • Lire DREES -Etudes et Résultats, n°271, novembre 2003



    mis à jour le

    Partager :


    Vos réactions

    Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



    Réagir à cet article :

    * ne sera pas affiché


    HAUT DE PAGE

    © Eternis SA -