Agevillage

L'Organisation mondiale de la santé s'inquiète

Pénurie de personnel de santé partout dans le monde


Partager :

Le monde fait face à une grave pénurie de médecins et d'infirmières, qui complique la luttecontre les maladies infectieuses telles que le sida ou la pneumonie atypique, a averti jeudi 18 décembre l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Dans son rapport 2003 sur la santé dans le monde, l'OMS estime que "la crise mondiale du personnel de santé" empêche les pays pauvres d'apporter les soins nécessaires à des millions de gens qui, dans d'autres circonstances, auraient puéchapper à la mort ou à une infirmité. "Le problème le plus aigu auquel les systèmes de soins de santé doivent faire face est celui de la pénurie du personnel qui les fait fonctionner", relève l'OMS. "Ce sont les pays en développement qui souffrent le plus de cette crise, notamment l'Afrique subsaharienne, mais elle touche aussi tous les autres". "Elle entrave sérieusement les mesures prises pour faire face à la situation créée par le sida (...) alors que les ravages du sida réduisent l'effectif dupersonnel disponible",. souligne l'OMS.L'agence de l'ONU critique les gouvernements et "les organismes internationaux" qui "accordent encore assez peu d'importance aux questions depersonnel". Un renforcement "rapide et considérable" des effectifs s'impose d'urgence si l'on veut profiter des fonds et des substances pharmaceutiques mis àdisposition ces dernières années par l'OMS, les industriels ou la Banque mondiale afin de lutter contre les grandes épidémies, selon le rapport. "Le message clé du rapport est que la santé ne peut vraiment progresser que si l'on renforce les systèmes de santé en les fondant sur les soins de santé primaires" , ajoute l'OMS.

Risques accrus sur le sida en Afrique

Dans un message publié en ouverture du rapport, le directeur-général de l'OMS, Lee Jong-Wook, estime qu'il est possible d'agir efficacement dans tous les pays pour améliorer la santé de la population, "mais on doit disposer sur place des connaissances et du potentiel nécessaire pour que cette éventualité se concrétise".Lors d'une conférence de presse, M. Lee a déclaré que la pénurie de personnel médical menaçait le programme de lutte contre le sida en Afrique lancé par l'OMS cette année afin de fournir un traitement à trois millions de malades d'ici à 2005 "Cela ne réussira pas si nous comptons uniquement sur les médecins et les infirmières qui existent actuellement. Nous projetons de lancer un vaste programme de formation d'assistants médicaux", a annoncé le patron de l'OMS.L'épidémie de pneumonie atypique, qui a touché 32 pays, a démontré à la foisl'importance de la coopération internationale et les dangers des lacunes des systèmes de soins dans plusieurs régions du monde, selon le rapport. La propagation du virus n'aurait peut-être pas été enrayée si la maladie avait frappé des pays pauvres dotés de systèmes de santé déficients. Les pays en développement constituent des réservoirs pour les maladies infectieuses. Sans même tenir compte du sida, la mortalité des enfants âgés de moins de cinq ans a augmenté de 34% en l'espace de dix ans, selon le rapport.Les pays riches, qui comptent pour moins de 20% de la population du globe, représentent 90% des dépenses mondiales de santé. L'écart de soins entre Nord et Sud est particulièrement choquante en ce qui concerne la mortalité des femmes à l'accouchement: elle est 250 fois plus élevée dans les pays pauvres que dans les pays riches, souligne l'OMS, qui rappelle qu'une petite fille née au Japon a aujourd'hui devant elle une espérance de vie de 85 ans, contre 36 ans pour une fillette née en Sierra Leone



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -