Agevillage

Paiement des retraites

Le manque de moyens empêche la revalorisation des pensions affirment les syndicats


Partager :

Les syndicats CGT, FO et CFDT de la Caisse nationale d'assurance vieillesse (CNAV) ont affirmé mercredi 17 décembre que le manque de moyens empêchait les personnels "d'assurer leur mission de service public" et remettait notamment en cause la revalorisation des pensions au 1er janvier 2004.

"La situation à la CNAV est extrêmement difficile. Le plan de charge de la branche vieillesse a été sous-estimé, prenant insuffisamment en compte les effets du papy-boom", a expliqué Jean-Claude Niro, délégué syndical CFDT, qui a dénoncé un manque de "moyens techniques et humains", lors d'une conférence de presse.Et selon Gérald Barrés, délégué syndical FO, le logiciel informatique installé à la CNAV en 2003 "empêche de faire la revalorisation des retraites au 1er janvier" car il ne fonctionne qu'à 30% en raison de "dysfonctionnements. "Nous sommes confrontés à des restrictions budgétaires et à des sous-effectifs chroniques", a estimé de son côté Marie-Claude Trumelet, déléguée syndicale CGT.Selon les syndicats, la direction de la CNAV a décidé de supprimer les "points d'accueil retraite" chargés de répondre à toutes les questions des assurés sociaux, ce qui a conduit à un engorgement des agences locales chargées de l'information des personnes arrivant à la retraite et du traitement des dossiers de liquidation de leurs retraites.Par ailleurs, a fait valoir Mme Trumelet, les personnels n'ont reçu "aucune formation" sur la récente réforme des retraites et n'ont "pas d'outil pour répondre aux questions" la concernant. La CNAV compte actuellement environ 3.850 salariés (équivalents temps plein budgétisés), selon les syndicats qui rappellent que les personnels ont effectué plusieurs mouvements de grève ces dernières semaines pour exiger des moyens supplémentaires.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

gelder

18/11/2013 16:11

Paiements


C'est un mal propre à l'administration française "pourquoi faire simple si l'on peu faire compliqué. Des choses essentielles comme les CHANGEMENT DE COORDONNÉES BANCAIRES peut demander des mois de tergiversation, d"oubli, de mauvaise foi quand l'assuré s'inquiète de n'avoir aucune réaction sur les défauts de paiement. Mme T. le sait, signant un refus (rib non conforme...!) sur une nième lettre de rappel d'assuré.




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -