Agevillage

Un colloque pour renforcer la coopération entre les professionnels

850 professionnels de la gérontologie au rendez-vous du CIPPEG


Partager :

Denombreux professionels de la gérontologie se sont donnés rendez-vous lundi 15 et mardi 16 décembre au Corum de Montpellier pour assister au 2e Colloque Interdisciplinaire Pluri-professionnel de Prévention et d'Evaluation en Gérontologie(CIPPEG). Organisé par la Société Languedocienne de Gérontologie (SO.LAN.GE) présidée par le professeur Jeandel, gériatre (chef de service au CHU de Montpellier), ce colloque se veut le point de partage et de formation pluriprofessionnelle à la gérontologie. Un lieu où « favoriser les échanges pour enrichir ses connaissances et sa pratique professionnelle afin de mieux répondre aux besoins de la population âgée » explique Claude Jeandel. En effet, des médecins généralistes, des médecins coordonnateurs, des infirmières libérales, des kinésithérapeutes, des podologues, des responsables de CLIC, des ergothérapeutes ont pu assiteraux nombreux ateliers-débats suivis de tables rondes pluriprofessionnelles.

Des conférences grand public

Les conférences de la première demi-journée du colloque étaient ouvertes au grand public, l'occasion de faire un état des lieux post-canicule.Une étude sur les "Enjeux du vieillissement" réalisée par Véronique Toully et Annnie Chicoye, nous rappelle, car ce n'est un secret pour personne, l'absence d'anticipation globale compensée depuis de nombreuses années par des actions au coup par coup.Résultats :

  • La répartition et le nombre de professionnels en gériatrie : 1 gériatre pour 7175 personnes en Ile-de-France, 1 gériatre pour 17 600 personnes dans la Creuse. Seront-ils assez nombreux demain ? Il y a actuellement 3 000 gériatres, il faudrait 6 000 médecins formés à la gériatrie selon le professeur Alain Franco.
  • Des capacités d'accueil saturées :- Hôpital : un déficit reconnu en lits de court séjour- SSIAD : taux d'occupation de 100 %- EHPAD : 179 places pour 100 000 personnes de plus de 75 ans en 1994, 183 places en 2002
  • Des spécialités oubliées : un déficit de 44 % du nombre d'ophtalmologistes d'ici 2020 pour une augmentation de plus de 15 % des troubles de la vue
  • Réseaux de santé : lent développement car les réseaux sont difficiles à mettre en place et à financer. Pour preuve, le projet Résalgard, réseau de proximité dans le Gard, monté par des professionnels dans le but d'améliorer la qualité et la coordination des soins pour les malades, vient de voir ses espoirs s'envoler faute de subvention, à la grande déception de ses organisateurs.
  • Madame Gide, secrétaire de URML du Languedoc-Roussillon, souligne que « le médecin généraliste travaille à l'appel de ses patients, et n'est pas au contact quotidien avec eux. Il y a un manque de coordination entre tous les intervenants, ainsi qu'un problème de coopération netre l'hôpital et les médecins libéraux. »Un colloque comme celui du CIPPEG est une véritable marche à monter de plus pour assurer la coopération et la coordination entre les différents professionnels.

    Des ateliers-débats pluriprofessionnels

    Près d'une quinzaine ateliers-débats et symposiums ont été organisés tout au long de ces deux journées. L'occasion pour les professionnels de participer à des tables rondes et d'échanger différentes expériences : réseau de santé dans le Gard, programme de soutien aux aidants en hôpital de jour, rôle d'une consultation mémoire dans un hôpital local dans la coordination des soins, dépister l'épidémie silencieuse qu'est la dénutrition...



    mis à jour le

    Partager :


    Vos réactions

    Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



    Réagir à cet article :

    * ne sera pas affiché


    HAUT DE PAGE

    © Eternis SA -