Agevillage

Traitement de la maladie d'Alzheimer

Une bithérapie retarde la dégénérescence des fonctions cognitives


Partager :

  • Une nouvelle étude publiée dans le Journal of the American medical association du 21 janvier, a mis en valeur le fait que l’utilisation en bi-thérapie de la mémantine, un médicament récent, avec le donepezil, un médicament plus ancien, ralentit la progression du déclin cognitif chez les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.
  • L’étude a été mene par le Dr Pierre Tariot, professeur of psychiatrie, médecine et neurologie à l’Université du Rochester Medical Center in Rochester, N.Y. « Le traitement s’est avéré positif" affirme-t-il, mais il ne s’agit en aucun cas d’une guérison.Une autre étude a mis en valeur le fait que l’un des derniers modèles de scanners a permis de détecter, pour la première fois, une protéine clé du cerveau étroitement associée à la maladie d’Alzheimer. Avoir de telles images du cerveau permet de détecter la maladie de manière plus précoce et donc d’agir plus tôt.Jusqu’à present, les principaux traitements de la maladie passaient par des inhibiteurs de la cholinesterase, comme le donepezil (Aricept®), la rivastigmine (Exelon®) et la galantamine (Reminyl®). Ces médicaments agissaient par augmentation du taux d’acetylcholine, un neurotransmetteur jouant un rôle important dans la mécanique de l’apprentissage. La Food and Drug Administration (FDA) aux Etats-Unis a approuvé la commercialisation sur le territoire américain de la memantine (Namenda® aux USA) en octobre 2003. Cette molécule régule les niveaux de glutamate, un neurotransmetteur qui joue un rôle dans les processus cognitifs, mnésiques, l’apprentissage et les comportements.



    mis à jour le

    Partager :


    Vos réactions

    Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



    Réagir à cet article :

    * ne sera pas affiché


    HAUT DE PAGE

    © Eternis SA -