Agevillage

Reconversions

Trouver sa voie dans le soutien à domicile


Partager :

Valérie B. 43 ans, ex vendeuse dans l’alimentaire de luxe, Jimmy 20 ans auparavant menuisier puis magasinier s’engagent dans le soutien à domicile. Depuis 2002 les métiers d’aide à domicile, d’auxiliaire de vie sont devenus une profession à part entière, qui recrute et ce n’est pas le moindre de ses avantages.A l’automne 2003, dans les jours qui suivent les conséquences dramatiques d’un été meutrier pour la population fragile des personnes âgées, devant la ferme volonté de travailler affichée par Valérie, l’ANPE dont elle dépend lui conseille de s’informer sur le métier d’assistante de vie. Après ne journée d’information et de formation elle se présente à un employeur potentiel qui aussitôt lui fixe un rendez-vous avec une femme de 94 ans. Le courant passe » L’échange avec ma patronne est épatant, on parle musique, télévision, même d’internet. Laconfiance que ses enfants et elle m’accordent m’a revalorisée. Je me sens plusestimée que dans le commerce… pour un salaire plus intéressant » confie Valérie au journal Le ParisienJimmy, lui, intervenant d’une association parisienne, estime avoir trouvé sa voie auprès des personnes âgées <ça ne s’explique pas, j’ai eu le déclic ». Lorsqu’il a débuté sa formation de quatre mois dont un de stage pratique, les responsables étaient sceptiques mais ils ont dû se rendre à l’évidence. Aujourd’hui,le jeune homme effectue des visites six jours par semaine, de huit heures à vingt heures, avec des pauses dans la journée, bien sûr, Entre autres, il fait chaque jour la toilette et procède au coucher d’un monsieur souffrant de la maladie d’Alzheimer.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -