Agevillage

Portrait

Elle rêvait d’être infirmière en pédiatrie


Partager :

J'ai rencontré ...Françoise Virion, responsable d ‘une association de soins à domicile :« Laisser aux personnes âgées le plus d’autonomie possible.»Cette jeune-femme a été pendant treize ans infirmière dans nombre de secteurs médicaux, de la chirurgie à la pédiatrie, puis surveillante générale dans une clinique médicale .Ces différentes casquettes et une formation de cadre du privé en troisième cycle universitaire, acquise en 1998 lui sont bien utiles dans sa tâche actuelle . Et l’ont convaincue que même pour des personnes très âgées –ses patients ontsouvent dépassé 90ans-, le maintien à domicile est la solution optimale.« C’est le hasard, dit-elle, qui m’a amené ici et je ne le regrette pas."Ce qui lui plait ce sont « les contacts aussi bien avec les personnes âgéeset leurs familles qu’avec l’équipe. »Il s’agit de répondre à la demande de ceux qui ont besoin de soins infirmiers ou de nursing.Chaque fois qu’elle le peut, Françoise va elle-même visiter ses « clients »pour bien cerner à la fois leur état de santé, leurs besoins et connaître leurentourage. Des contacts directs « fructueux et qui participent à l’organisation et même à la conception de notre travail.»« Les horaires des tournées, c’est le gros problème, ajoute Françoise. Nos patients ont parfois des exigences difficiles à satisfaire. Quand ils ont pris l’habitude de voir l’aide-soignante ou l’infirmière à telle ou telle heure, ils ne veulent plus changer. C’est loin d’être toujours possible. Et pourtant l’équipe montre beaucoup de souplesse.»Une équipe n'est pas toujours facile à recruter : « La perspective de travailler pour des vieillards n’est pas valorisante. Même chez les infirmières, on est davantage dans la notion de carrière que dans celle de vocation. Les aides-soignantes sont elles-aussi diplômées, certaines gardes malades en formation.»« Être organisé, juste et fiable aux yeux de l’équipe. » sont les conditions essentielles pour travailler en harmonie.Principale recommandation de Françoise Virion à ses troupes « Laisser une certaine autonomie à la personne visitée. Ne pas tout faire à sa place pour qu’elle garde sa volonté de ne pas être tout à fait dépendante".L’envie de vivre s’amenuise quand chaque geste nécessite une aide. Elle pense également que le regard doit changer sur les liens entre maladie et vieillesse. Pour elle le « c’est normal » doit disparaître petit à petit et de la part des soignants et de l’entourage de la personne âgée.« La prévention permettra une meilleure évaluation de la santé des vieillards». Comme le maintien dans leur cadre familier.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -