Agevillage

Vieillissement & citoyenneté

DE-CLOI-SO-NNERIl faut décloisonner !


Partager :

Agir pour la dignité et l’autonomie des personnes,agir contre toutes les formes d’isolement, agir ensemble pour l’intérêt général sont les orientations de la Fondation des Caisses d’Epargne pour la solidarité. Le 27 mars, à la maison des métallos, Didier Tabuteau, Directeur Général de la Fondation et Maryvonne Lyazid, directrice du pôle autonomie, ont organisé un forum qui réunissait autour de tables rondes des personnalités engagées professionnellement afinde faire évoluer la problématique actuelle du vieillissement :Au cœur des débats : comprendre les nouvelles frontières du vieillissement, prévoir les besoins et anticiper les services, le changement en pratique ...

En termes de perspectives du très grand âge, le Professeur Jeandel rappelle l’importance et l’intérêt de la connaissance de l’espérance de vie résiduelle et précise que celle-ci évolue plus rapidement que l’espérance de vie globale. La compression de la morbidité, pari gérontologique, ne peut être envisagée que par une approche anticipée du problème. Il estime l’ « âge critique » et les classifications par tranches d’âge être des notions arbitraires et réductionnistes. Il convient de concevoir le parcours de vie selon trois modalités distinctes :- un vieillissement optimal, concerne 15 à 35 % des individus qui conservent à un âge très avancé toutes leurs capacités fonctionnelles- un vieillissement habituel, hétérogène pour lequel facteurs génétiques et environnement sont étroitement intriqués. Le déconditionnement, par lequel l’individu habitué à être stimulé a tendance à s’appauvrir, n’est pas irréversible, rappelle-t-il. L’activité physique est la clé d’un veillissement réussi (les démonstrations multi-organes sont importantes) tout autant que la prévention (hypertention, diabète.....)-une augmentation des grandes maladies ; le bon repérage de l’entrée dans la maladie via une période de fragilisation est essentiel ; il permet la mise en place de stratégies ; la formation à ce repérage est donc indispensable.Lorsqu’il est félicité pour son regard nouveau le Professeur Jeandel répond « Vous avez salué le 2ème âge de la gériatrie !»Pour ce qui est de la frontière entre vieillissement et handicap ; avec la perte de certaines fonctions c’est bien de handicap qu’il’agit ; la notion de dépendance « gène » Marc Maudinet Directeur du CTNERHI.Dans le droit fil des propos tenus par le professeur Jeandel, il insiste sur la nécessité de décloisonner le sanitaire et le medico-social ; ce quoi tous s’accordent.L’important est de faire exister ce lieu unique où sont dispensées un ensemble de prestations médicales de haut niveau et qui intègre les problèmes.

Prévoir les besoins, anticiper les services était le thème d'une seconde table ronde animée par Maurice Bonnet, membre du Conseil Economique et social.Danièle Hoffman Rispal, chargée des personnes âgées auprès de Bertrand Delanoë, à la Mairie de Paris, a rappelé les actions de la Ville : réhabilitation du bâti des résidences où la qualité de vie est encore bien trop en deça des conditions nécessaires à la dignité des personnes, amélioration de la qualité des services par une meilleure écoute(une enquête vient a été menée auprès de 1800 personnes) initiatives de la bientraitance, forum de la retraite active, café social à l'attention des migrants vieillissants.Il nous faut arréter de penser que les gens sont priés d'entrer dans des réponses martèle Florence Leduc, directrice générale adjointe de l'UNASSAD (Union nationale des associations de services et soins à domicile).C'est en amont qu'il convient d'agir. C'est la révolution qu'il nous appartient de mener.Rappelant les fondamentaux de la loi du 2 janvier 2002, qui doit être le socle de l'action, Florence Leduc souligne que dans la cité, "chacun a sa place" "chacun à sa place"."Evaluer les besoins, ce n'est pas girer". Il convient souligne-t-elle de renforcer le libre choix, de permettre un choix éclairé, dans une organisation faite pour tous.L'importance de la formation des professionnels à "respecter les désirs des personnes âgées" est pointée par Bruno Coste, directeur de l'URIOPSS Ile de France. Elle va aussi dans le sens du "faire avec et pas pour"Pour Vincent Cabanel, Secretaire Général des Petits Frères des Pauvres, les attentes sont pour ces actuels "condamnés au silence" :- avoir une représentation sociale et continuer de disposer du droit au risque- échapper à la stigmatisation- exister dans du lien.

Silence -" Rélexion sur la place de l'individu dans le système de santé"C'était justement le titre d'un partenariat développé par la Fondation des Caisses d'Epargne pour la solidarité avec L'Oeil public , pour l'exposition photographique de Samuel Bollendorff : superbe !.Dans le domaine de l'autonomie, la Fondation conduit deux opérations d'intérêt général :

  • l'adaptation du logement, en privilégiant l'utilisation de la domotique et de la robotique au bénéfice des personnes âgées et handicapées.
  • la mise en réseau des résidences et des structures de soutien à domicile, qui vise à renforcer le lien social et à améliorer la vie quotidienne des personnes et de leurs familles.
  • Ce sont ces opérations dans lesquelles, il s'agit pour la Fondation de jouer pleinement son rôle de laboratoire d'une nouvelle forme d'engagement social qui ont été décrites lors de la dernière Table ronde qu'animait Maryvonne Lyazid.



    mis à jour le

    Partager :


    Vos réactions

    Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



    Réagir à cet article :

    * ne sera pas affiché


    HAUT DE PAGE

    © Eternis SA -