Agevillage

Le mémento du médicament 2004

Parmi les dix premiers médicaments remboursés par les mutuelles, trois sont à "Service Médical Rendu insuffisant"


Partager :

Chaque année, la Mutualité Française édite "Le mémento du médicament". Cette étude fournit aux acteurs du systèmede santé les principales données sur le marché du médicament et son financement par les mutuelles.

C’est le médicament qui, le premier, contribue à la hausse des dépenses.

En 2002, un habitant a consommé en moyenne 2.218 € pour sa santé dont 467 € en médicaments (soit 21 % de la consommation totale de soins et de biens médicaux). Le médicament est le 3ème poste de dépense après les soins hospitaliers et la médecine de ville.En 2003, les ventes de médicaments par les pharmacies ont représenté 26.3 milliards d’euros. 90% de ces ventes sont réalisées sur des médicaments prescrits et remboursables.En 2002, les dix premiers médicaments remboursés par les mutuelles représentent plus de 10% de leurs remboursements. Dans ces dix premiers, deux veinotoniques et un vasodilatateur sont des médicaments à service médical rendu insuffisant.

Une étude dans 5 pays européens

Pour évaluer l’attitude de pays voisins sur ce sujet, la Mutualité Française a réalisé une étude en Europe pour comparer la prescription et la consommation de médicaments à Service Médical Rendu Insuffisant : la France est le pays où le médicament à SMR Insuffisant est le plus utilisé (prescription et consommation). Les médecins allemands et espagnols y ont deux à trois fois moins recours que les médecins français pour soigner leurs patients. Les médecins britanniques et canadiens quant à eux ne les utilisent quasiment pas.Un comportement qui alerte les mutuelles alors que près de 20 % des remboursements des mutuelles en 2002 concernent des médicaments à SMR insuffisant.

La prescription des génériques

La délivrance de génériques a augmenté en 2003 et atteint au quatrième trimestre 58% de part de marché au sein du répertoire des génériques (liste limitative des génériques que le pharmacien peut substituer à un médicament original de marque) , soit une progression de 14% en 1 an.Cependant, la délivrance de génériques peut encore s’améliorer, puisqu’un peu moins de un médicament sur deux au sein du répertoire était encore délivré sous forme de princeps (médicament original de marque qui sert de référence au générique après la chute de son brevet) en décembre 2003.Enifn, le paracétamol, 2ème molécule remboursée par les mutuelles, n’est toujours pas inscrit au répertoire des génériques.

  • le mémento 2004 sur le site de la Mutualité Française


  • mis à jour le

    Partager :


    Vos réactions

    Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



    Réagir à cet article :

    * ne sera pas affiché


    HAUT DE PAGE

    © Eternis SA -