Agevillage

Une étude sur la relation médecin-entourage du patient

L'influence positive de l'accompagnant lors de la consultation médicale


Partager :

Le Laboratoire Novartis Pharma s'est intéressé au rôle de l'entourage dupatient lors des consultations chez le médecin généraliste.L'étude REMEDE (RElations MEDecins-Entourage) réalisée sur 435 médecinsgénéralistes a permis d'approcher la perception des praticiens et leur expérience de la relation à l'entourage des patients au cours de la consultation.

Un portrait global de la consultation accompagnée en médecine générale vue par le médecin

Cette première étude donne une idée de la consultation accompagnée mais elle est vue par le médecin, telle qu’il la conçoit et telle qu’il la vit. On ne sait pas ce qu’en pensent les patients, ni les réactions de leur entourage.Ainsi le médecin estime que le proche (qui dans 90 % des cas a un lien familial avec le patient - souvent le conjoint mais aussi les enfants - en majorité les filles -) joue un rôle positif auprès du patient. Celui-ci participe notamment au soutien psychologique ou à l'aide morale (72 %), à l'alerte en cas de problème aigu (66 %), à l'aide à la vie quotidienne (57 %) et constitue une présence rassurante (58 %).Ceci est d'autant plus vrai dans les pathologies lourdes comme la maladie d'Alzheimer, la maladie de Parkinson, la dépression et l'épilepsie.Dans la maladie d’Alzheimer, l’influence de l’accompagnant est considérée positive dans 93 % des cas : consultation facilitée, contribution à l’efficacité des soins et identification de symptômes ou faits utiles, présence rassurante pour le patient et communication améliorée avec le patient.Contrairement à une idée préconçue, la présence d'un proche en consultation ne fait pas perdre de temps au médecin. Si la consultation est rallongée de 8 minutes (22 minutes au lieu de 14), le bénéfice de cette présence se joue à long terme avec un investissement relationnel de qualité dans les prises en charge au long cours du patient.Globalement, le médecin n'est pas embarrassé par la présence de l'entorage en consultation. L'enquête montre une large bienveillance du médecin vis à vis de l'entourage. "On ne peut plus faire abstraction de l'entourage" explique Jean-Pierre Waisten, professeur en médecine générale (membre du conseil scientifique de l'étude REMEDE).Durant la consultation, 80% des accompagnants posent des questions. Les médecins pensent qu’ils y répondent pour tout ce qui concerne la maladie mais en revanche, ils s’estiment plus démunis pour les questions concernant les aspects administratifs, financiers (conseils juridiques et administratifs vis à vis de la prise en charge) et sociaux (recherche d'une maison de retraite, orientation vers un service social).L'enquêtre montre aussi que les médecins sont très preneurs des outils pour pouvoir répondre aux questions sociales, en propositions de services utiles : liste des institutions, des services sociaux, des associations de malades ou de familles, des aides financières disponibles, informations juridiques ...Des services que Agevillage met à disposition des professionnels quoditiennement depuis quatre ans.

  • L'ensemble de l'étude REMEDE est disponible sur www.proximologie.com, le site du Service Santé & Proximologie de Novartis Pharma.


  • mis à jour le

    Partager :


    Vos réactions

    Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



    Réagir à cet article :

    * ne sera pas affiché


    HAUT DE PAGE

    © Eternis SA -