Agevillage

Une étude dans les douleurs chroniques

Analyser les relations entre les malades souffrant de douleurs neuropathiques et leurs proches


Partager :

Novartis Pharma lance l'étude TRIDENT *, une étude de proximologie pour mesurer les retentissements émotionnels des douleurs neuropathiques et améliorer la prise en compte de l'entourage dans le projet de soins.(* Travail de Recherche sur l'Impact des Douleurs neuropahtiques sur l'ENTourage)

Démarrage en avril 2004 pour des résultats début 2005

L'étude se déroulera avec les participations :- de médecins confrontés à des patients souffrant de douleurs neuropahtiques : neurologues, psychiatres, médecins spécialistes de la douleur, rhumatologues, ...- de patients souffrant de douleurs neuropathiques depuis au moins 6 mois, vivant en couple.- de l'entourage du patient, c'est à dire du conjoint.Chacun disposera d'un questionnaire spécifique.Par exemple, pour le médecin, il s'agit de questions portant sur la maladie du patient.Pour le patient et son conjoint, les questions tourneront autour des thèmes suivants :- la prise en charge médicale de la douleur- les retentissements de la douleur au quotidien (modification des activités, des relations avec les proches, de la vie familiale, de l’humeur du malade…)- le rôle du conjoint : les efforts qu’il doit fournir, l’altération de sa qualité de vie, le soutien qu’il apporte…- les besoins et attentes de chacun face à la douleur (désir d’information, de dialogue, deprise en charge psychologique).

  • Si vous êtes intéressés par cette étude, ou souhaitez participer au recrutement : contact@proximologie.com
  • Pourquoi les douleurs neuropathiques ?

    Les douleurs chroniques ont un retentissement émotionnel, physique, psychique et social important pour le malade, mais aussi pour son entourage, et peuvent avoir pour conséquence des épreuves difficiles au sein de la famille.Les douleurs neuropathiques sont des douleurs chroniques consécutives à une lésion du système nerveux, soit périphérique, soit central. Elles ont été appelées, il y a quelques années, "douleurs de désafférentation". Elles peuvent être la conséquence d'un diabète, de sciatiques ou de névralgies cervico-brachiales, d'une amputation, ou de l'action neurotoxique des antimitotiques (anticancéreux), elles peuvent être aussi d'origine post-traumatique ou post-chirurgicale.Les douleurs neuropathiques sont particulièrement fréquentes (30 à 40 % des consultations dans les centres d'évaluation de la douleur). Quels que soient le site et l'origine de la lésion, les douleurs neuropathiques ont des caractères cliniques communs comme des douleurs spontanées, survenant sans stimulus, associant souvent : un fond douloureux permanent (comme une brûlure, une impression d'étau), avec des accès paroxystiques de douleurs fulgurantes à type de décharges électriques, d'élancements ou reproduisant la douleur continue fortement accentuée. Ces douleurs surviennent au repos.Les douleurs neuropathiques sont difficiles à soigner, et les patients qui en souffrent peuvent être mal compris par l'entourage.Le but est d’étudier les relations entre le malade et ses proches afin d’améliorer la prise en compte de l’entourage dans le projet de soins.



    mis à jour le

    Partager :


    Vos réactions

    Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



    Réagir à cet article :

    * ne sera pas affiché


    HAUT DE PAGE

    © Eternis SA -