Agevillage

Choisir entre qualité des soins et gestion comptable

Face au vieillissement : combien coûte une vie?


Partager :

"Défendons notre service public hospitalier" : cet appel a été lancé par 286 médecins hospitaliers, professeurs de médecine et chefs de service. Il a été publié dans le Monde du 19 avril.Philippe Douste Blazy, ministre de la santé, a d'ores et déjà réaffirmé son attachement à l'hôpital public, mais a aussi souligné "la nécessité de ne pas séparer les réflexions sur l'hôpital public du plan concernant l'avenir de l'assurance maladie".

L'appel

Nous sommes médecins hospitaliers, professeurs de médecine, chefs de service. Par-delà nos opinions diverses, nous avons décidé de nous adresser à vous. Ce qui est en jeu se situe au-delà des opinions des uns et des autres : il s'agit de votre santé. Nous sommes conscients du caractère inhabituel de notre démarche, mais la situation est si grave que nous considérons de notre devoir de médecins de vous informer.Notre métier est de soigner, et ce métier nous l'exerçons dans des conditions de plus en plus difficiles. Nos hôpitaux, qui pratiquaient une médecine de très haut niveau, sont en train d'être disloqués. Notre système de soins, hier encore considéré comme un des meilleurs du monde, est en train d'être détruit.Les gouvernements qui se sont succédé, de gauche ou de droite, les responsables politiques,Une situation indigne d'un pays civilisé !

Après la canicule

Il y a eu les 15 000 morts de l'été dernier. Certes, la canicule était imprévisible, mais l'incapacité des établissements de soins était, elle, parfaitement prévue. Nos hôpitaux mis en première ligne, comme toujours dans ces circonstances extrêmes, n'ont pu faire face que grâce à un dévouement exceptionnel de tous les personnels.Tous les gouvernants nous disent que les dépenses de santé sont devenues insupportables, qu'il faut économiser. Nous ne dilapidons pas les fonds de la Sécurité sociale : nous soignons les malades. N'est-il pas normal que les dépenses de santé augmentent dans une société civilisée ? Les progrès scientifiques et médicaux permettent de traiter des malades hier incurables. L'espérance de vie augmente de trois mois par an.Nous nous en réjouissons. L'ancien ministre, M. Mattei, lui, le déplorait : "Le vieillissement de la population nous pose des problèmes majeurs, il occasionne un surcoût considérable."Mme Dufoix, ministre socialiste de la santé, l'avait déploré avant lui : "50 % des dépenses médicales sont relatives aux deux derniers mois de la vie. Est-ce juste ? Probablement oui aux yeux du médecin ou de l'homme. La réponse est moins sûre pour la société."Au principe intangible du respect de la vie et de l'être humain, au devoir de protection des plus vulnérables, les gouvernements substituent la doctrine du coût de la vie humaine.Savez-vous ce qu'on demande aujourd'hui aux médecins ?On nous demande d'élaborer des "projets médicaux" pour réorganiser les hôpitaux au motif d'en "améliorer le fonctionnement". Le préalable est constant : "diminuer les coûts". Les réorganisations aboutissent toujours à la diminution du nombre de lits et à la réduction du personnel et des moyens. Nous ne pouvons nous résoudre à ce que soient présentées comme des "décisions médicales" des décisions politiques et économiques qui réduisent l'accès aux soins de la population.Vous devez savoir que nous sommes de plus en plus souvent placés dans la situation de ne plus pouvoir apporter à nos semblables les soins efficaces dont ils ont besoin. Qu'il nous est demandé de trier parmi les patients ceux qui seront soignés selon les règles de l'art et ceux qui ne le seront pas.Vous savez certainement que le gouvernement a décidé de réformer l'assurance-maladie. Il a nommé un Haut Conseil qui a fait des propositions en vue de cette "réforme". Voici l'une de ces propositions : "mesurer si l'utilité médicale d'un acte ou d'un produit justifie les dépenses supplémentaires qu'il entraîne".

Le coût d'une vie

Cela s'appelle le "rapport coût-efficacité". Autrement dit : serait évalué le coût de chaque progrès, celui de chaque mois de vie gagné... On calculerait ainsi si tel ou tel soin est rentable pour la collectivité.En fonction de ces calculs, certains soins seraient remboursés, donc réalisables, mais d'autres soins ne le seraient pas. Dès lors, ne pourraient en bénéficier que les malades assez fortunés pour se les payer.Nous sommes médecins. Nous le disons nettement : une telle logique est opposée à la nôtre.Les médecins doivent à chacun de leurs malades "des soins consciencieux, dévoués et conformes aux données acquises de la science" (article 32 de notre code de déontologie).Nous nous élevons contre la logique des "choix". Nos hôpitaux publics ont jusqu'à présent garanti tous les soins du plus haut niveau à tous les malades, à égalité, quelles que soient leurs ressources. Ils sont souvent le seul recours pour les plus démunis. C'est là notre fierté. Mais les dernières décisions gouvernementales vont à l'encontre de cette égalité d'accès aux soins en majorant le forfait journalier à 13 euros et en ne remboursant plus à 100 % les soins postopératoires réalisés en dehors de l'hôpital.Durant les années de nos études, puis celles où nous avons exercé notre métier à l'hôpital, nous avons vu les choses s'améliorer peu à peu, les progrès s'accumuler. Nous ne pouvons nous résoudre à assister à la remise en cause de tous ces efforts, à la destruction d'un système de soins aussi performant.Or, avec des moyens de plus en plus réduits, avec les restructurations qui se multiplient, les hôpitaux ferment de plus en plus nombreux. On les regroupe avec les cliniques ; des services sont supprimés au profit du privé.Dans bien des pays, tout cela est déjà très avancé. Hier encore nous pouvions nous enorgueillir d'avoir un des meilleurs systèmes hospitaliers publics du monde. Ensemble, défendons-le.

Chiffres à la baisse

Il faut que vous sachiez qu'ont été fermés plus de 150 000 lits hospitaliers en vingt ans, 100 maternités ces six dernières années (le sixième des maternités de notre pays), des services et des hôpitaux entiers.Vous devez savoir que le nombre de médecins en exercice diminue depuis 2002. Pourquoi ? Parce que les gouvernements successifs ont imposé une limitation insupportable du nombre d'étudiants en médecine.Le gouvernement actuel s'enorgueillit d'avoir augmenté ce nombre : en réalité, cette augmentation est tellement insuffisante que le nombre de médecins diminuera de 15 000 en 2008. Il n'y a plus assez d'anesthésistes, d'obstétriciens, de chirurgiens. Toutes les spécialités sont touchées. L'insuffisance des postes d'internes ne permet ni le fonctionnement des hôpitaux ni la formation de ces jeunes confrères, et va entraîner une diminution encore plus grande du nombre de spécialistes.Il n'y a pas, comme il est dit, de "crise de vocations". Le problème est que, pour 25 600 candidats aux études de médecine, la capacité d'accueil n'est que de 5 600 !Les gouvernements ont fermé les écoles d'infirmières. Pour 106 791 candidats à la profession d'infirmière, la capacité d'accueil est de 26 346 seulement. 56 000 infirmières diplômées ont abandonné leur profession, car les conditions de travail sont devenues trop pénibles et incompatibles avec leur vie familiale.On nous demande d'économiser sur tout. Nous devons discuter pied à pied pour obtenir chaque médicament nouveau. Nous attendons des mois, parfois des années, les équipements modernes et les nouvelles techniques que la science met pourtant à la disposition de la médecine.A maintes reprises, nous nous sommes adressés aux ministres des divers gouvernements. Nous les avons avertis... toujours en vain. Au printemps 2002, nous avons alerté le gouvernement de gauche, puis, au printemps 2003, le gouvernement actuel. Nous leur avons exprimé notre angoisse, l'été arrivant avec ses fermetures de lits inévitables par manque de personnel et de médecins. Nous leur avons dit : "Tout peut se produire !"



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -