Agevillage

Réforme de la sécurité sociale

Le forfait hospitalier va augmenter d'un euro


Partager :

Le ministre de la Santé et de la Protection sociale Philippe Douste-Blazy a annoncé mercredi 19 mai sur France Inter que le forfait hospitalier, qui s'élève à 13 euros, allait augmenter d'un euro, «probablement cette année» .

«Nous augmenterons le forfait hospitalier, probablement cette année, c'est ce que je propose aux partenaires sociaux», a déclaré M. Douste-Blazy. «L'hôpital public, comme l'hôpital privé, ça coûte cher, il n'est pas anormal qu'au fur et à mesure que le coût de la journée d'hospitalisation augmente, on augmente le montant du forfait hospitalier», a précisé le ministre.Son prédécesseur, Jean-François Mattei, avait déjà augmenté le forfait hospitalier en septembre 2003, le relevant de 10,67 euros à 13 euros. Le forfait hospitalier est une participation financière journalière laissée à la charge du patient au titre des frais d'hébergement et d'entretien liés à l'hospitalisation lorsqu'elle dure plus d'une journée.Il n'est pas remboursé par la Sécurité sociale", mais peut être pris en charge par l'assurance complémentaire, selon le contrat. Des exonérations sont prévues, notamment pour les accouchements, les accidents du travail, les maladies professionnelles, les handicapés de moins de 20 ans et pour les personnes bénéficiant de l'aide médicale d'Etat (AME).Concernant la «franchise d'un euro» par acte médical qu'il avait annoncée lundi sur France 2 en présentant les axes détaillés de son projet de réforme de l'assurance maladie, M. Douste-Blazy a assuré que «ce ne sera pas plus». Le ministre a par ailleurs déclaré qu'il n'y aurait pas d'augmentation du taux (7,5%) de la CSG des actifs.

Hausse de l'assiette CSG

Mais il a admis qu'était à l'ordre du jour un élargissement de l'assiette de la CSG, qui pourrait être prélevée sur 97% du montant du salaire, et non plus 95%: «c'est une décision que nous avons à prendre, c'est une discussion que nous avons avec les partenaires sociaux», a dit M. Douste-Blazy.Interrogé sur un éventuel retour du Medef dans les organes de gestion de la Sécu, M. Douste-Blazy a invoqué «l'intérêt général qui prime lorsque nous avons des déficits depuis des années et des années». «Nous allons mettre un petit peu à contribution tout le monde, il n'y a pas de raison que les entreprises ne soient pas contributrices», a poursuivi M. Douste-Blazy.Il a fait valoir que son plan de réforme " de l'assurance maladie était «très équilibré, équitable et responsabilisant», marquant sa différence avec «la CGT (qui) voulait de son côté que l'essentiel de ce plan soit supporté par les entreprises», selon M. Douste-Blazy.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -