Agevillage

Démographie - Insee

La fécondité demeure supérieure dans les campagnes


Partager :

Les femmes vivant dans des zones rurales ont eu dans les années 90 davantage d'enfants en moyenne que celles vivant dans les villes, soit une inversion de tendance par rapport à la décennie précédente, selon une étude de l'INSEE rendue publique le 19 mai.

En 1999, le taux de fécondité était de 192 enfants pour 100 femmes dans les communes rurales, contre 171 dans les villes de 200.000 à deux millions d'habitants, d'après une étude spécifique réalisée à partir du dernier recensement général de 1999. Ces conclusions rejoignent une étude de l'INSEE du mois d'avril montrant que la France des bourgs et des petites villes connaissait le même dynamisme démographique que le reste du pays depuis la fin des années 70 et de l'exode rural.L'INSEE observe encore qu'«entre 1975 et 1999, l'âge moyen des femmes à l'accouchement (qui tient compte de toutes les naissances, ndlr) a augmenté de 26,7 ans à 29,3 ans en métropole. Il est d'autant plus élevé que l'agglomération de résidence est peuplée», ajoute l'INSEE : de 28,7 ans dans les communes rurales à 31,6 ans à Paris.Cette différence s'explique «par la forte proportion (dans les villes) de femmes cadres ou exerçant une profession intermédiaire, et par le grand nombre d'étudiantes parmi les jeunes femmes».Enfin, comme l'Institut national des études démographiques (INED), l'Insee relativise la surfécondité des femmes étrangères (2,80 enfants par femme, contre 1,72 pour les Françaises): «Comme neuf mères sur dix sont françaises, l'impact de la fécondité étrangère (...) ne peut être que limité».



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -