Agevillage

Les réserves de la FHF et de l'UNIOPSS autour du rapport Briet-Jamet (*)

Etape historique possible : faire sauter la barrière de l'âge autour des handicaps


Partager :

Lors d'un Forum Hôpital Expo, le débonnaire monsieur Jamet s'est dit chercher un dispositif suffisamment puissant pour que le secteur médico-social d'existe financièrement en contre-poids du secteur sanitaire.Il a écouté les remarques étayées des acteurs de ce forum mais reste convaincuque le choix porté sur les départements, comme pivots de la réforme, reste le bon.Pour monsieur Jamet, ces départements viennent de prouver leur professionnalisme par la mise en oeuvre de l'APA (Il a cité le département du Rhône : 18600 dossiers traités, 29 contentieux sur l'évaluation du GIR).Néanmoins monsieur Jamet a semblé étonné des vigoureuses réactions au pré-rapport (*) àla tribune et dans la salle.Ainsi Jean-Paul Le Divennah, directeur de cabinet d'Hubert Falco, ministre délégué aux personnes âgés, a exprimé ses craintes quant aux enveloppes ferméesdans lesquelles seraient insérées le secteur.

L'Uniopss revient sur la barrière de l'âge sur le terrain

Alain Villez de l'Uniopss n'a pas caché ses angoisses et propositions sur

  • La CNSA, véritable nouvelle caisse qui pourrait lever des ambiguités en s'appelant Agence nationale ANSA
  • L'insuffisance de contrôles à ce jour sur les contrats d'objectifs et de moyens
  • La réalité de la couverture universelle du risque sur tout le territoire : quand les expéreinces de la PSD et l'APA ne rassurent vraiment
  • le retour à une tarification binaire : hébergement/soin, mais sans désengagement de l'Assurance Maladie
  • Alain Villez a ainsi rapellé que "les personnes âgées et/ou handicapées sont des assurés sociaux !

    Les Fondamentaux pour la FHF

    David Causse, responsable du secteur personness âgées et handicap à la FHF, a rapellé la capacité des professionnels du sceteur à répondre positivement ou négativement selon les signaux positifs ou non lancés par les financeurs et les tutelles mais a rapellé que certains fondamentaux n'étaient pas encore acquis :

  • Des ratios d'encadrement décents : 0.3 agents soigants qualifiés par lit
  • Une identification des financeurs : départements/assurance maladie
  • Un plan de modernisation du bâti qui ne pèserait pas sur les résidents mais la solidarité nationale


  • mis à jour le

    Partager :


    Vos réactions

    Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



    Réagir à cet article :

    * ne sera pas affiché


    HAUT DE PAGE

    © Eternis SA -