Agevillage

Chaleur niveau 3 en Paca

Douste-Blazy déclenche le plan canicule


Partager :

Le ministre de la Santé, Philippe Douste-Blazy, a déclenché le niveau 3(sur 4) du plan Canicule en région Provence-Alpes-Côte d'Azur, à la suite des informations transmises par l'Institut de veille sanitaire (InVS) et Météo France, a-t-on appris lundi 28 juin auprès du ministère.

l'Institut de veille sanitaire (InVS) et Météo France ont d’abord donné les informations La décision politique de déclencher le plan canicule est venue ensuite. Dans un premier temps, a précisé le ministère, le déclenchement du niveau 3 consiste en un recueil d'informations qui permettra, si nécessaire, de lancer les procédures d'urgence dès mardi.L'InVS, en lien avec Météo-France, «a prévu en région PACA de fortes chaleurs pour la période du 28 au 30 juin, principalement à Marseille», a expliqué le ministère de la Santé dans un communiqué. «Selon les prévisions météorologiques, les températures maximales devraient atteindre en moyenne 34 degrés, les températures nocturnes pouvant atteindre en moyenne 22 degrés pendant trois jours», a-t-il ajouté, précisant que «ces températures correspondent à un risque pour la santé, notamment vis-à-vis des personnes les plus fragiles».Le niveau 3, dit d'intervention, est l'avant-dernier niveau d'alerte instauré par le Plan canicule, présenté le 5 mai par M. Douste-Blazy. Il prévoit notamment que le Comité interministériel de gestion des crises (Cogic), sous la responsabilité du ministre de l'Intérieur, centralise les informations et diffuse les instructions dans les départements et zones de défense.Il est aussi prévu, théoriquement, que les préfets actionnent par ailleurs le plan bleu de mobilisation des maisons de retraite (rafraîchissement des personnes sensibles), le plan blanc dans les hôpitaux et les services d'urgence, le plan rouge de mobilisation de la sécurité civile et des pompiers et le plan vermeil à destination des personnes âgées ou handicapées isolées qui ont fait l'objet d'un recensement.

«Bilan quotidien»

«Aujourd'hui, on ne lance pas les plans, compte tenu de ce que l'effet de la chaleur sur les gens met entre 24 heures et 72 heures à se manifester. Donc, pour le moment, on recueille auprès des hôpitaux, des services d'urgences des pompiers, des informations sanitaires pour sentir la gravité de l'évenement, mais sans mettre en place un plan d'urgence». «Ces plans de couleur ne seront mis en place que demain (mardi) si on en ressent le besoin», a-t-on ajouté. Selon le ministère, lundi à 18H00 les premières informations faisaient état en PACA d'une «situation habituelle, à l'exception de quelques personnes âgées(5 selon les premiers éléments) prises en charge par les urgences de l'hôpitalSainte Marguerite pour malaises liés à la chaleur».Les préfectures et les services sanitaires de la région ont reçu ainsi i>«instruction» du ministre de «mettre en oeuvre les mesures de prévention» et de dresser «un bilan quotidien de la situation locale». Enfin, le ministère de la Santé préconise des mesures de prévention comme le «rafraîchissement de l'habitat, l'humidification régulière des personnes» ou encore «l'aide des parents et voisins».Le niveau alerte du plan canicule (niveau 2 sur 4) avait déjà été activé lundi après-midi dans les Alpes-de-Haute-Provence. L'été dernier, la canicule avait fait 15.000 morts. Une commission d'enquête de l'Assemblée nationale avait relevé «une gestion déficiente» de la crise, avec notamment un manque de coordination interministérielle. Le ministre de la Santé avait affirmé, lors de la présentation du Plan canicule, qu'il en assumerait «personnellement la responsabilité» .



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -