Agevillage

CMU Complémentaire

Augmentation de 5% du nombre de bénéficiaires en 2003


Partager :

Le nombre debénéficiaires de la couverture maladie universelle complémentaire (CMUC) a augmenté de 5% en 2003, en raison de la «forte dégradation de la situation de l'emploi», révèle mercredi 30 juin le rapport d'activité 2003 du Fonds de financement de la CMU.

«Au 31 décembre 2003, 4,81 millions de personnes bénéficiaient de la CMUC (+5%), dont 637.000 dans les DOM (+8%)», précise le Fonds. En 2002, 4,57 millions de personnes bénéficiaient de la CMUC (590.000 dans les DOM). Après une année 2002 «de stabilisation et de décrue de la prestation (-3%) dans un contexte économique plus favorable (...), l'inversion de la tendance est nette en raison de la forte dégradation de la situation de l'emploi», poursuit le Fonds.«La forte croissance des effectifs" dans les DOM est en partie le résultat de la mesure spécifique de revalorisation du plafond de ressources, mise en oeuvre à partir de septembre 2003, ajoute-t-il. Les DOM rassemblent ainsi 2,8% de la population française mais 13% des bénéficiaires de la CMU. Parmi les «régions à forte densité de bénéficiaires» (9% et plus) figurent en tête les «zones méditerranéennes» (PACA et Languedoc-Roussillon) et le Nord-Pas-de-Calais.Les «régions à très faible densité (moins de 5%), l'Alsace, la Bretagne, les Pays de la Loire, «sont caractérisées par leur dynamisme économique et par des situations sociales équilibrées», ajoute le Fonds. L'Ile-de-France, qui représente à elle seule 17% des bénéficiaires, «connaît des évolutions internes contrastées» , note le Fonds. «La Seine-Saint-Denis et Paris, dans une moindre mesure, ont une forte densité de bénéficiaires», explique-t-il.Enfin, si «la caractéristique majeure de la population des bénéficiaires de la CMU est connue pour 2002», les chiffres de 2003 ne sont pas encore établis. «Mais il n'y a pas de modifications majeures dans la structure de la population» , estime le Fonds. Comme en 2002, la prestation 2003 concerne une population jeune avec un nombre élevé d'enfants. «Les jeunes femmes (entre 20 et 40 ans) représentent 18% des bénéficiaires contre 13% de la population générale, et les personnes de plus de 60 ans 5% (contre 20% de la population)», explique le Fonds.Le dispositif, instauré par la loi du 27 juillet 1999, se décompose en deux volets : la CMU de base sur critère de résidence, sans cotisation pour les revenus inférieurs à 6.505 euros par an. La CMU complémentaire, qui dispense le bénéficiaire du ticket modérateur, est attribuée sous un plafond de ressources qui dépend de la composition du foyer.Le dispositif est financé par le Fonds de financement de la protection complémentaire de la CMU, alimenté par une contribution des mutuelles, assurances et organismes de prévoyance ainsi qu'une dotation de l'Etat.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -