Agevillage

Les troubles de l'audition

Les acouphènes


Partager :

Dix à vingt pour cent de la population adulte, au moins, est ou a été confrontée au problème des acouphènes, c’est-à-dire au fait d’entendre des bruits sans pouvoir identifier leur source dans son environnement. Le problème peut survenir à n’importe quel âge, mais les cas les plus nombreux apparaissent dans la deuxième partie de la vie autour de 65 ans. En France, on estime que 3 à 5 millions de personnes en ont été ou en sont atteintes, dont près de 150 000 sévèrement. Une étude de 2014 (pdf) porte même ce chiffre à 16 millions de Français touchés par les acouphènes !

Qu’est-ce qu’un acouphène ?

Chez les Anglo-saxons, l’acouphène se nomme tinnitus. Ce mot est dérivé du verbe latin tinnire qui veut dire tinter ou sonner.

Il s’agit de sons, d’intensité (volume) et de fréquence (hauteur) souvent précises, perçus par la personne, mais pas par son entourage.

En effet, ces sons ne sont pas engendrés par une vibration provenant du monde extérieur. La personne perçoit dans l’oreille ou dans la tête comme un son aigu (type sifflement) ou grave (type bourdonnement). Ils peuvent être continus ou intermittents.

Les acouphènes peuvent toucher une oreille ou les deux. Parfois, le patient ne peut préciser le côté atteint et perçoit l’acouphène au milieu du crâne.

L’acouphène persistant ou récidivant (environ 1 cas sur 4 selon l'étude citée ci-dessus) peut perturber le sommeil, provoquer de l’irritabilité, des difficultés de concentration et de la dépression. Dans d’autres cas à l'inverse, il se reproduit très rarement ou jamais, et ne nécessite alors aucune mesure particulière.

Notons que les hommes comme les femmes peuvent être touchés.

Les causes

Si le bruit est audible par un sujet extérieur, synchrone au pouls, il peut avoir une origine vasculaire (moins de 5 % des cas). On parle alors d’acouphènes objectifs.

Le plus souvent, il s’agit cependant d’acouphènes subjectifs, qui ne sont pas pour autant des hallucinations ! Toute lésion obstructive de l’oreille externe (y compris le bouchon de cérumen), toute lésion de l’oreille moyenne ou interne (même une simple otite) est susceptible d’entraîner des acouphènes.

Dans 80 % des cas, les acouphènes sont associés à des troubles de l'audition, comme la presbyacousie, la diminution de l’audition avec l’avancée en âge.

Selon l'Inserm, le cerveau, pour compenser cette déficience d'audition, se réorganise pour s'adapter, ce qui peut aboutir à un fonctionnement aberrant du cortex auditif.

Plusieurs autres causes sont possibles : stress, allergie alimentaire, effet secondaire de certains médicaments, maladie de Ménière, blocage de l’articulation temporo-maxillaire, tumeurs du nerf auditif...

Selon une étude californienne, 43 % des acouphènes n’ont pas de cause connue. Dans 24 % des cas, on peut expliquer leur survenue par une exposition à des bruits d’une intensité très élevée, d’origine professionnelle (forgerons, DJ...) ou "ludique" (discothèques, écoute de musique au casque…).

Le traitement

Lorsque la cause peut être identifiée, un traitement chirurgical (rarement) ou médicamenteux adapté est bien sûr la solution.

Lorsque aucune cause curable n’est identifiée, ou en cas d’échec du traitement médicamenteux, on peut aider le patient à supporter l’acouphène par un appareillage : prothèse auditive ou générateur de bruit blanc. Cet appareillage est d’autant mieux accepté qu’il est associé à une psychothérapie comportementale dite "d’habituation".

Dans certains cas extrêmes, un traitement par antidépresseurs ou anxiolytiques peut être envisagé.

A lire : le docteur Philippe Peignard explique la thérapie cognitive et comportementale appliquée à l'acouphène et l'hyperacousie.

Bientôt un traitement ?

A ce jour, il n'en existe pas pour les acouphènes dont on ignore la cause.

Cependant, les chercheurs travaillent sur plusieurs pistes : thérapies sonores, stimulation magnétique transcrânienne, traitements médicamenteux...

En attendant, la prévention des troubles auditifs représente la meilleure arme pour lutter contre les acouphènes.


Conseils pratiques

Une bonne hygiène de vie peut aider à supporter les acouphènes. La personne atteinte devra :

  • Savoir se relaxer et diminuer son niveau de stress. En effet, les acouphènes augmentent en cas de fatigue ou de nervosité.
  • Pratiquer un exercice physique régulier, ne serait-ce que la marche par exemple.
  • S’environner d’un fond musical, les acouphènes étant plus gênants dans le silence.
  • Eviter la consommation d’excitants (café, tabac).

 

Contact utile

L’association France Acouphènes réunit des personnes souffrant d'acouphènes, d'hyperacousie, de syndrome de Menière et de neurinome de l'acoustique.
Coordonnées : association France Acouphènes, 92 rue du Mont-Cenis, 75018 Paris
0820 222 213
 www.france-acouphenes.org

AB - RM

 



mis à jour le

LIRE AUSSI

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -