Agevillage

Santé - Intoxication alimentaire

Les Jardins de Serena à Champcueilsous "surveillance renforcée"


Partager :

La maison de retraite les Jardins de Serena à Champcueil (Essonne) a été placée vendredi sous "surveillance renforcée", a annoncé la préfecture de l'Essonne dans un communiqué à L’AFP, qui indique également qu’une inspection administrative de l'établissement est en cours, "inspection dont toutes les conséquences, dans tous les domaines, seront tirées". Par ailleurs, précise le communiqué, les analyses biologiques permettront "d'ici à quelques jours" de déterminer les raisons de l'intoxication alimentaire.Après l’alerte donnée dans la nuit du 29 au 30 septembre par l’aide soignante d’astreinte, 35 des 75 résidents de la maison de retraite avaient été hospitalisés dans la matinée, dans divers hôpitaux de la région. D'après la préfecture de l'Essonne, onze personnes présentaient des «symptômes sévères» et cinqalors se trouvaient «dans un état préoccupant».Hubert Falco, ministre délégué aux Personnes âgées, présent sur place dès jeudi midi, déclarait fermement « Si les enquêtes font apparaître des dysfonctionnements, nous prendront les mesures nécessaires».L'établissement, ouvert en 1994, peut recevoir jusqu'à 94 résidents. Il accueille essentiellement des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer, ou présentant de lourds troubles psychiatriques. Structure privée habilitée à l'aide sociale, elle doit à ce titre rendre des comptes à l'État et au conseil général.Après une première inspection, en 2003, qui relevait des problèmes dans la gestion financière des Jardins de Serena, deux autres inspections menées par la DDASS et les services du conseil général ont eu lieu durant l’été 2004. Selon Jérôme Guedj, vice-président PS du Conseil général de l'Essonne chargé des affaires sociales, dans un communiqué à l’AFP, l'établissement avait fait l'objet d'une mise en demeure préfectorale, en juillet,portant sur le taux d'encadrement. "Les services préfectoraux ont demandé à la maison de retraite d'une capacité de 94 lits de stabiliser le nombre de résidents à 75, d'améliorer le taux d'encadrement et de recruter un directeur" dont le poste était semble-t-il vacant depuis juin.La préfecture précise, dans le communiqué, que dans l'attente des résultats des analyses biologiques, les services vétérinaires assureront "une surveillance particulière des cuisines" de la maison médicalisée privée.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -