Agevillage

Ministre délégué aux personnes âgées

Hubert Falco quitte le gouvernement


Partager :

Après deux ans et demi passés au gouvernement, Hubert Falco a décidé dequitter son poste de ministre délégué aux Personnes âgées pour se consacrer à la ville de Toulon, dont il est le maire, et au Sénat, où il vient d'être réélu.

Hubert Falco s’apprête à quitter le gouvernement où il occupait le portefeuille de ministre délégué aux personnes âgées pour respecter la règle qui interdit le cumul des mandatsDepuis son arrivée dans l'équipe Raffarin, Hubert Falco bénéficiait d'une dérogation présidentielle lui permettant de conserver son mandat de maire tout en siégeant au gouvernement.A plusieurs reprises, Jacques Chirac lui avait fait savoir qu'il lui faudrait choisir entre ses fonctions à Paris et sa mairie.«Aujourd'hui, ma décision est prise», déclare samedi Hubert Falco dans un entretien au quotidien régional Var-Matin. «On ne peut pas, c'est vrai, d'un côté demander à Nicolas Sarkozy de choisir entre son ministère et la présidence de l'UMP et de l'autre me laisser, moi, conserver à la fois ma mairie et mon poste au gouvernement. C'est la règle, je la respecte» .Le maire de Toulon ajoute avoir pris seul la décision de quitter le gouvernement.«Je pars sans qu'on me le demande» , dit-il. «Le Président et le Premier ministre voulaient que je reste, je pouvais le faire, j'avais reçu des assurances pour mon avenir, mais j'avais aussi un engagement moral avec les Toulonnais, je ne peux pas les trahir».Hubert Falco, qui annoncera officiellement son départ mercredi en conseil des ministres, qualifie d'«exceptionnelle» son expérience de ministre, d'autant qu'il n'était pas «programmé» pour cela. «Je n'ai pas fait l'ENA ni Sciences po», dit-il, estimant avoir oeuvré en faveur de la cause des personnes âgées.«Quand je suis arrivé au gouvernement, les vieux n'intéressaient personne. Pire, c'était un sujet tabou. Après la canicule, j'ai douté, pensant que je n'avais pas été assez convaincant quand je recommandais de faire boire et de rafraîchir les personnes âgées. On souriait. Mais aujourd'hui les gérontologues ne préconisent pas autre chose», ajoute-t-il.Elu conseiller municipal à l'âge 24 ans dans son petit village natal de Pignans (Var), Hubert Falco a gravi pas à pas tous les échelons de la vie publique. Elu maire de Pignans, il est ensuite devenu conseiller général puis président du conseil général du Var, député, et sénateur. Il a aussi et surtout été le tombeur du Front national à Toulon, dont il a ravi la mairie à Jean-Marie Le Chevalier, un ancien proche du président du FN Jean-Marie Le Pen.A 57 ans, Hubert Falco a été réélu au palais du Luxembourg lors des dernières sénatoriales.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -