Agevillage

Ministère délégué aux personnes âgées

Hubert Falco restera ministre jusqu'au 30 octobre


Partager :

Hubert Falco, ministre délégué aux Personnes âgées, a annoncé mercredi 20 octobre, à l'issue du Conseil des ministres, que Jacques Chirac lui avait demandé de rester ministre «jusqu'au 30 octobre», date à laquelle il quittera le gouvernement pour siéger au Sénat.

«Je pensais, puisque j'ai fait la demande hier au président et au Premier ministre de me libérer de mon poste de ministre, qu'aujourd'hui serait mon dernier Conseil. Le président vient de me demander de rester en poste jusqu'au 30 octobre. Je resterai en poste jusqu'au 30 octobre. J'obéirai au voeu du président», a dit Hubert Falco à la presse, dans la cour de l'Elysée.Elu sénateur UMP du Var fin septembre, Hubert Falco avait un mois pour choisir de rester au gouvernement ou de rejoindre le Sénat. l a justifié son souhait de quitter le gouvernement par sa volonté de rester maire de Toulon. Il a expliqué que, lors de son entrée au gouvernement en 2002, le président Jacques Chirac lui avait «accordé une dérogation» en l'autorisant à garder la mairie de Toulon en raison de «la spécificité» de cette ville reconquise sur le Front national un an plus tôt. «Aujourd'hui, la règle a changé. Je ne discute pas cette règle», a-t-il fait valoir. Mais il s'est dit «très attaché» à sa ville et désireux de «répondre à la confiance» que les Varois et les Toulonnais lui ont accordée. «Je n'ai pas le droit de les décevoir, même si ce que je faisais me passionnait», a-t-il ajouté.Au ministère des Personnes âgées, «j'ai essayé de faire, et de bien faire, la mission qui m'a été confiée, anticiper et accompagner le vieillissement de notre société, essayer de trouver des solutions, des moyens pour faire face à cette grande révolution sociale», a-t-il dit. «Il y a aujourd'hui beaucoup plus de moyens et une politique, mais il reste encore beaucoup à faire car ce sujet n'est pas un sujet de mode», a-t-il ajouté, car «il y aura toujours plus de personnes âgées dépendantes». Interrogé sur ses relations avec son ministre de tutelle Philippe Douste-Blazy, il a affirmé n'avoir «aucun problème avec personne».REACTIONSLuc Broussy, délégué général du syndicat national des établissements privés pour personnes Agées (Synerpa) a rendu hommage à l’action d’Hubert Falco dès le 16 octobre. Lors de la canicule de l'été 2003, M. Falco «fut probablement le seul ministre à comprendre ce qui se passait et un des rares à faire preuve de responsabilité et de réelle compassion», a estimé le 16 octobre dans un communiqué Luc Broussy, délégué général du syndicat national des établissements privés pour personnes Agées (Synerpa). «Ensuite, il a su profiter de l'émotion pour mobiliser des crédits sinon suffisants en tout cas d'un niveau important», a ajouté M. Broussy, qui a émis des réserves sur l'action de M. Falco avant l'été 2003, évoquant entre autres «des arbitrages budgétaires catastrophiques en direction des maisons de retraite».Le délégué général du Synerpa souhaite «que le département +personnes âgées+ reste un ministère délégué et ne redevienne pas comme il l'était avant la canicule un simple secrétariat d'Etat», et qu'il ne soit pas «à la faveur de ce départ, transféré à un autre ministre en fonction». «Mercredi, j'assisterai à mon dernier conseil des ministres et ce sera fini», a déclaré au quotidien Var Matin Hubert Falco, sénateur-maire de Toulon, expliquant entre autres qu'il voulait se consacrer à sa ville.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -