Agevillage

Alzheimer

Les centres spécialisés s'unissent contre la maladie


Partager :

Les Centres mémoire de ressource et de recherche (CMRR), spécialisés dans le diagnostic et la prise en charge de la maladie d'Alzheimer et des syndromes apparentés, sont désormais réunis dans une fédération visant à améliorer la lutte contre une maladie en progression.

La mise en place d’une fédération, basée à Tours et qui regroupe les 18 Centres mémoire de ressource et de recherche (CMRR), spécialisés dans le diagnostic et la prise en charge de la maladie d'Alzheimer et des syndromes apparentés ouverts depuis plus d'un an en France, «va nous permettre d'échanger et de travailler de manière plus efficace notamment dans le domaine des soins, de l'enseignement et de la recherche», a expliqué le professeur Thierry Constans, membre du CMRR de Tours.Chaque centre, installé dans des locaux hospitaliers, est constitué d'une équipe pluri-disciplinaire de médecins (gériatres, neurologues, psychiatres) et de professionnels de la santé (orthophonistes, psychologues, travailleurs sociaux) spécialisés dans la prise en charge des maladies dégénératives du système nerveux (maladie d'Alzheimer et syndromes apparentés).«Grâce à cette fédération, au travail des uns et des autres mis en commun, nous allons progresser à tous les niveaux. Ainsi, en échangeant nos recherches sur un plus grand nombre de malades, au plan national, nous ferons des études plus solides», commente le professeur Constans, gériatre. «Elles aideront pour développer les travaux de recherche, elles contribueront à une meilleure formation universitaire. Elle permettront enfin aux médecins d'établir un meilleur diagnostic et donc une prise en charge plus rapide au plan thérapeutique du malade», précise-t-il.«le temps presse»La maladie d'Alzheimer et des syndromes apparentés, qui affectent plus de 700.000 personnes, se traduisent pas des troubles de la mémoire, mais également des altérations du jugement, de l'affectivité, du comportement, des relations sociales et «rendent à terme, le maintien à domicile des personnes malades difficile», constate Thierry Constans.Les enjeux de santé publique sont d'autant plus importants que l'on dénombre 200.000 nouveaux cas par an, selon le professeur. «C'est un réel problème. Le temps presse pour prendre en charge tous les malades. D'autant que nous vivons plus longtemps. Le vieillissement de la population est un facteur majeur d'augmentation du nombre de personnes affectées par la maladie», poursuit le spécialiste.La création des CMRR est liée à ce constat. En octobre 2001, un programme d'action gouvernemental a été lancé, puis prolongé sous le nom «plan Alzheimer 2004-2007» avec à la clé, la création de centre experts régionaux. «Mais tout cela demande également de l'argent et pour l'instant nous nous sentons un peu isolés au niveau crédit. Il faut plus de moyens financiers pour mettre en place des structures pour fonctionner correctement et ce le plus rapidement possible», relève le professeur Constans.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -