Agevillage

Intercommunalité

Oui ... mais respecter l'autonomie


Partager :

Invité à conclure le congrès 2004 de l’UNCCAS, sur le thème CCAS/CIAS aménageur de l’innovation sociale locale, Jean-François Copé, ministre délégué à l’intérieur, porte-parole du gouvernement a annoncé qu’il soutenait l’Union nationale dans sa volonté de donner une compétence sociale optionnelle pleine et entière aux structures intercommunales (communautés de communes/ communautés d’agglomération).L’intercommunalité, objet d’une journée de travail récente de l’UNCASS que J.François Copé avait également clôturée était encore au cœur de bien des débats de ces deux jours de congrès. Le regroupement en une structure intercommunalesemble effectivement être le bon sens et le « sens de l’histoire » pour des petites communes qui n’ont pas les moyens de porter seules des projets d’envergure ou dans le cas d’intérêt intercommunal. « La maladie d’Alzheimer, - s’est plu à répéter Patrick Kanner - ne se manifeste pas uniquement dans les grandes agglomérations ».Une structure intercommunale est en zone rurale, pour de petites communes la solution idéale pour répondre au problème et permettre d’accueillir ces malades.Pour éviter la dispersion des interventions sociales en milieu rural avait en effet proposé d’encourager le développement d’une action sociale intercommunaleet pour asseoir ce développement proposé aussi de créer une compétence optionnelle supplémentaire«Action sociale» pour les Etablissements publics de coopération intercommunale (EPCI) dont la mise en œuvre serait confiée à un CIAS.C’est bien sur ce dernier point pourtant que le bât blesse. Déjà Daniel Hoeffel, président de l’Association des maires de France l’avait lancé dans ce débat de clôture «Laissons le choix, la liberté, la volonté des communes opérer. » Jean François Copé a continué dans ce sens : "La compétence optionnelle est unélément important à condition de respecter l’autonomie» poursuivant par leconditionnel « Le CIAS pourrait être un opérateur privilégié d’animation decette compétence.»Ce qui n’empêche pas le porte-parle du gouvernent d’affirmer « La décentralisation ne se fera pas sans vous » et d’apporter à l’UNCASS son soutien, se déclarant à sa disposition pour que le message soit relayé sur tout le territoire qu’il convient de «construire une société dans laquelle on n’oublie personne et qui veille tous les jours à consolider les fils de la solidarité »



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -