Agevillage

Réactions après la démission de Pierre Pfitzenmeyer

Réactions en chaîne ?


Partager :

La démission de Pierre Pfitzenmeyer annoncé la semaine dernière sur agevillagepro a fait l'objet d'une bombe auprès des gériatres.Pierre est une icône, souligne Jean-Marie Vettel du SNGC (Syndicat national de gérontologie clinique,si lui craque et démissionne, une réaction en chaîne est envisageable, dans le mouvement de notre manifeste de gériatre qui va bientôt être divulgué.Interrogée sur cette démission, madame Vautrin, secrétaire d'Etat aux personnes âgées, n'avait pas d'informations nouvelle à transmettre hormis le fait qu'elle considérait ce fait comme important et qu'elle allait rencontrer Pierre Pfitzenmeyer.Lancés par cette démisson et soutenu par le même Pierre Pfitzenmeyer, les professionnels sont invités à mobiliser et interpeller les médias locaux et nationaux, leurs interlocuteurs politiques : maires, députés, sénateurs, jusque Philippe Douste-Blazy, sur la carence des moyens en gériatrie, qu'il s'agisse de moyens concernant la formation ou le nombre de personnel, ou de locaux inadaptés ...Cette interpellation pourrait s'appuyer sur la lettre de démission de Pierre Pfitzenmeyer.

Monsieur le ministre...

Mr le ministre,La signification de ma démission de chef de service d’un secteur de médecine gériatrique n’est en rien un appel à baisser les bras. Il s’agit du seul moyen qui me restait pour dénoncer une situation humainement intolérable. Si la situation sanitaire de Dijon vis à vis de la personne âgée est particulièrement terrible, je crois que l'indignité de la prise en charge de la personne âgée existe dans une majorité des structures d'accueil et de soins en France. Les replâtrages effectués par les gouvernements successifs pour tenter d'améliorer la situation n'ont pu que calmer les esprits échauffés par quelques scandales médiatiques et rassurer à tord la conscience du citoyen français.En l'absence d'une vraie politique de santé visant à prendre réellement en charge les sujets âgés les plus faibles et les plus malades, nous sommes actuellement dans une société qui maltraite clairement ses aïeux, et l'histoire montre que toutes les sociétés qui ont sacrifié les plus faibles étaient en voie de déclin.Alors, notre pays riche n'a-t-il véritablement pas les moyens d'offrir un accompagnement réel et une fin de vie digne à nos parents et grands-parents ? J'ose penser que notre pays peut poser la question à ses citoyens quant à leur choix concernant le sort des personnes très âgées. Certes, il n'y va pas d'un discours démagogique mais d'une véritable prise de conscience permettant de faire des choix réels et d'apporter les moyens budgétaires importants qui s'avèrent aujourd'hui nécessaires pour un minimum d'assistance à cette population des très âgés qui croît à une vitesse impressionnante.La réalité sur le terrain nous montre que nous sommes déjà très en retard et qu'il n'y a plus une minute à perdre si nous ne voulons pas devenir définitivement une société maltraitante pour ses aînés...Pr Pierre PfitzenmeyerCentre de ChampmaillotBP 87 809, Dijon 21079 CédexTel : 03 80 29 39 70Fax : 03 80 29 36 21Email : ppfitzenmeyer@chu-dijon.frVous souhaitez réagir à cet article.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -