Agevillage

Vieillir demain

Architecture, urbanisme et vieillissement


Partager :

Le 26 novembre le GroupeMutuelle du Bien vieillir et AG2R Prévoyance organisaient au Sénat un colloquesur ce thème. Des interventions de grande qualité autour des enjeux pour notresociété que représente le vieillissement de la population sur différents axes: besoins et perspectives, habitat et urbanisme, architecture et innovation.

Où vivent et vivront les personnes âgées

La situation actuelle et probable à 20 ou 30 ans, concernant le processus mécanique du vieillissement déjà inscrit dans la pyramide des âges est liée à un triple jeu : la mortalité (et l’espérance de vie), la fécondité et les mouvement migratoire.Henri Picheral, Professeur des Universités, émérite, Géographe de la Santé souligne :

  • en 2000 : 1 Français sur 5 a 60 ans et + et 1/13 au moins 75 ans formant sur le territoire un S sur une ligne Cherbourg –Nice. La proportion de personnes dépendantes (650 000 / 4 500 000 personnes de 75 et +) varie du simple au double entre l’Ile de France et le Limousin.
  • en 2030 : près de 1 Français sur 3 mais 4/10 et presque 5/10 dans le Cantal auront plus de 60 ans. En 2020, 1 Français sur 10 aura atteint ou dépassé 75 ans.
  • Le vieillissement va encore augmenter en Auvergne, Limousin mais gagner dans les Charentes, le Poitou, la Bretagne, en Bourgogne ; et en revanche se ralentir dans le Midi méditerranéen où il rejoindra le niveau de la région lyonnaise, voire l’Ile de France.On distingue aujourd’hui et pour demain, plusieurs types de personnes âgées
  • les citadins vivant en ville et souvent centre-ville
  • les ruraux des bourgs et des petites villes
  • les vrais ruraux des campagnes isolées
  • entre les deux, les citadins à la campagne dans les zones péri-urbaines ou les banlieues résidentielles
  • . Rappelons que 90% des personnes de plus de 75 ans vivent à domicile (59% des personnes « dites » dépendantes.).Pourtant les besoins et les comportements des populations âgées diffèrent d’une régions à l’autre et c’est à des échelles plus fines (bassin, communes …) qu’il faut prévoir.

    Quels sont et seront les besoins ?

    Pour le professeur Jeandel, le vieillissement qui caractérise la France est un défi majeur du 21è siècle, défis social, médical et économique. La révolution de la longévité s’accompagne d’une augmentation significative dans les tranches d’âge élevées des maladies chroniques et leurs conséquences en termes d’incapacité et de handicaps.Il rappelle à ce propos sa vision selon laquelle la dépendance n’existe pas, il s’agit bel et bien de handicap lié à l’âge. Il convient de ne pas occulter « le continuum de vie » et d’interdépendance entre les âges. Le vieillissement se prépare tout au long de la vie afin de lutter contre l’image négative de l’avance en âge qui provoque entre autres le cloisonnement entre les générations.Il s’agira de savoir puiser dans l’intégralité des capacités fonctionnelles qui ne sont utilisées dans la vie qu’à hauteur de 30%. C’est ce potentiel de réserve de 70% qui conditionne les capacités de récupération de l’individu.Le professeur Jeandel distingue en effet :

  • le vieillissement réussi caractérisé par le maintien des réserves fonctionnelles ou leur très faible altération ; c’est actuellement le cas pour 30% de la population âgée de plus de 65 ans (moyenne d’âge des personnes suivies 75 ans)
  • le vieillissement usuel marqué par la réduction des capacités sans nécessité de maladie de l’organe déficitaire
  • le vieillissement avec morbidité, dont l’âge n’est cependant qu’un facteur de risque, concerne plus particulièrement la sphère affective, cognitive, locomotrice, sensorielle et cardio-vasculaire.A l’échelon individuel les personnes qui bénéficient de ce statut pratiquent fréquemment une activité sportive, sont investies dans des activités bénévoles, insérées dans un bon réseau relationnel … s’alimentent bien.Pour poursuivre avec «Art » dans ce vieillissement réussi outre les progrès médicaux, la réponse doit être humaine, technique, technologique, organisationnelle : favoriser la continuité des soins par un décloisonnement total des secteurs ambulatoire, hospitalier, institutionnel, créer des liens, travailler les interfaces dans une « éthique solidaire ».L’égalité d’accès au vieillissement réussi est bien pour le Professeur Jeandel un défi à relever, un objectif qui implique de réviser les représentations, la place et le rôle de la personne âgée.Il s’agit d’une prise de conscience sociétale de la construction d’une société pour tous les âges.



  • mis à jour le

    Partager :


    Vos réactions

    Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



    Réagir à cet article :

    * ne sera pas affiché


    HAUT DE PAGE

    © Eternis SA -