Agevillage

Le constat de l'Union des familles en Europe

Un bilan sévère de la politique familiale en 2004


Partager :

L'Union des familles en Europe a dressé mardi 28 décembre, un bilan sévère de la politique dela famille menée en 2004, estimant que "les actes" n'ont pas suivi "les déclarations" des différents ministres en charge de cette politique.

"En 2004, les ministres +famille+ du gouvernement Raffarin (Christian Jacob, Marie-José Roig puis Philippe Douste-Blazy) n'ont pas été avares de déclarations pro-famille. Mais les actes n'ont pas suivi", écrit mardi 28 décembre, l'association L'Union des familles en Europe dans un communiqué.Celle-ci estime qu'au fil de l'année, les familles ont eu "toujours moins" d'argent.Ainsi, elle cite "janvier 2004" et ses "premiers départs anticipés à la retraite pour les salariés ayant commencé à travailler jeunes et eu de longues carrières: les bénéficiaires sont à 86% des hommes et à 14% des femmes car les maternités ne sont pas prises en compte", regrette-t-elle.En avril, "les allocations de logement sont revalorisées avec 9 mois de retard et des taux indécents", poursuit-elle.En juin, la conférence de la famille sur l'adolescence accouche d'une mesure phare: la création du week-end +sport en famille+, ironise l'UFE.En juillet, "les bases ressources des prestations familiales sont revues à la baisse", tandis qu'en août, "le plan Borloo contre la précarité ne prévoit RIEN pour les 2 millions d'enfants pauvres", a-t-elle ajouté.En décembre, le projet de loi de financement de la sécurité sociale "contient UNE mesure pour les familles: le doublement de la prime d'adoption. Las ! Le Conseil Constitutionnel juge son impact financier si faible qu'elle n'a pas sa place dans la loi !". Cette mesure a en effet été censurée.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -