Agevillage

Soins aux handicapés

Les infirmiers protègent leur statut


Partager :

La Fédération nationale des infirmiers (FNI) a appelé mardi 1 février les infirmières à «refuser les soins» aux handicapés, en cas de «confusion des responsabilités» des soins avec un tiers, après l'adoption par le Sénat d'un amendement au projet de loi handicap.

ministre de la Santé, Philippe Douste-Blazy, a été accusé, mardi 1 février, par la Fédération nationale des infirmiers (FNI) d’avoir «légalisé l'exercice illégal de la profession d'infirmière». La FNI, a réaffirmé dans un communiqué son opposition à tout «amendement permettant à des tierces personnes, quelles qu'elles soient, de dispenser des soins infirmiers prescrits à des personnes handicapées».La FNI «avait proposé que seul l'aidant naturel, dûment formé par l'infirmière du patient, participe aux soins infirmiers dans le cadre d'un protocole de prise en charge», proposition qui avait recueilli l'avis favorable de l'Ordre des médecins, du ministère de la Santé et de l'Assemblée nationale, a rappelé la fédération.Or, le 27 janvier, lors de l'adoption par le Sénat des conclusions de la commission mixte paritaire (CMP) sur le projet de loi handicap, «le Sénat a ajouté au terme aidant naturel +ou de son choix+», a dénoncé la FNI..«En conséquence, la FNI incitera les infirmières d'exercice libéral à cesser les soins, selon la procédure prévue par leurs règles déontologiques, ou à les refuser aux personnes handicapées dès lors qu'une tierce personne est susceptible d'induire une confusion des responsabilités en accomplissant des soins infirmiers» , a-t-elle annoncé.«La FNI suspend toute participation à la mise en oeuvre de la réforme de l'assurance maladie, à l'élaboration de l'accord-cadre interprofessionnel comme de la Convention nationale avec les caisses d'assurance maladie», a-t-elle ajouté.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -