Agevillage

Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie

Que faire des 400 millions d’euros disponibles ?


Partager :

La Fédération hospitalière de France (FHF) a demandé mercredi 9 février qu'une partie des crédits issus de la suppression d'un jour férié finance la rénovation des maisons deretraite.

La journée de solidarité (généralement le lundi de Pentecôte) «rapporteradès 2005, 2 milliards d'euros dont 1,2 milliard en faveur des personnes âgées et800 millions en faveur des personnes handicapées», avait précisé lundi 6 février, Catherine Vautrin, secrétaire d’Etat aux personnes âgées. Cette somme ne sera pas intégralement dépensée la première année. Si bien que des rumeurs d’affectation du surplus de 400 millions d’euros au budget général avaient provoqué un mini séisme politique. Il n’en sera rien.Ces recettes avait elle ajouté «seront intégralement gérées par la Caisse nationale de solidarité autonomie (CNSA)".

  • Pour 2005, 815 millions d'euros sont déjà pré affectés:- 400 millions pour le financement de l'Allocation personnalisée d'autonomie (APA),- 365 millions pour la médicalisation des établissements accueillant des personnes âgées et les soins à domicile,- 50 millions pour la rénovation et la mise aux normes d'établissements, selon le communiqué.
  • «Si l'intégralité des recettes n'est effectivement pas dépensée dès cette année, elle sera reportée et donc utilisée pour financer les dépenses grandissantes d'ores et déjà prévues dans les trois années qui viennent», a ajouté Catherine Vautrin.
  • Selon Catherine Vautrin, plus d'un milliard d'euros devraient être dépensés en 2006 et plus d'1,2 milliard en 2007, ajoute Mme Vautrin, qui «tient donc à souligner que les Français, en travaillant dès cette année une journée de plus, participeront bienau financement des mesures prises par le gouvernement en faveur des personnesâgées et handicapées».
  • La Fedération hospitalière de France a trouvé regrettable que l’argent disponible ne soit pas utilisé rapidement. «A quoi peut servir le différentiel, estimé à environ 400 millions d'euros ?», s'interroge la FHF. Le gouvernement a annoncé que «50 millions d'euros» financeront «les investissements du secteur de la gérontologie». Or la FHF propose «une enveloppe d'au moins 200 millions d'euros sur les 400 disponibles», car un quart des maisons de retraite «ne sont pas aux normes de sécurité incendie, et près de la moitié exigent une rénovation» pour mieux accueillir les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer.



    mis à jour le

    Partager :


    Vos réactions

    Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



    Réagir à cet article :

    * ne sera pas affiché


    HAUT DE PAGE

    © Eternis SA -