Agevillage

Réforme de l'assurance maladie

Vers une hausse élevée des cotisations aux Mutuelles


Partager :

La mise en oeuvre de la réforme de l'assurance maladie pourrait se traduire par une très forte augmentation des cotisations des mutuelles, de l'ordre de 12%, a affirmé mercredi 16 février la Fédération nationale interprofessionnelle des mutuelles (FNIM).« Nous commençons à mesurer l'impact du parcours de soins et de la convention médicale sur les cotisations des mutuelles, qui sera très lourd, de l'ordre de + 7%, auquel s'ajoute l'augmentation pour une année moyenne de 5%,soit une hausse moyenne des cotisations de 12% », a affirmé Romain Migliorini, président de la FNIM, lors d'une conférence de presse.La réforme de l'assurance maladie prévoit l'inscription d'ici au 1er juillet des assurés de plus de 16 ans dans un « parcours de soins coordonné », fondé sur le choix d'un « médecin traitant », à consulter avant tout autre praticien, sous peine d'un moindre remboursement et d'un dépassement d'honoraire.« Quel que soit le cas de figure retenu, dans et hors parcours de soins, le coût pour la mutuelle est multiplié par un facteur, compris entre 1,75 et 2,4, à la fois en raison de la multiplication du nombre de consultations desgénéralistes et de l'augmentation des tarifs des spécialistes », a expliqué Gilles Marchandon, délégué général de la FNIM.« Je m'étonne que personne ne relève par ailleurs l'augmentation massive du "reste à charge" pour les patients dans le parcours de soins, qui s'élève de 16,66% au minimum à plus de 166% au maximum », a-t-il ajouté. L'augmentation de 16,66% concerne la seule application du forfait d'un euro par consultation, celle de 166% le passage par le médecin généraliste avant d'aller consulter le spécialiste (avec le paiement de deux euros de forfaits de consultation), par rapport à une consultation directe d'un spécialiste, avant la réforme.«Il est même paradoxal de constater que l'augmentation pour les patients ne s'inscrivant pas dans le parcours de soins n'est pas significativement plus importante, et l'est parfois même moins», a précisé M. Marchandon. Ainsi, un patient consultant directement un spécialiste de secteur 1 (respectant les tarifs sécu), hors parcours de soins, aura payé après remboursement minimal de la Sécu 16,9 euros, contre 7,50 avant la réforme (soit +125,33%).Le patient « vertueux », qui aura été d'abord voir son généraliste avant d'aller voir le spécialiste, devra payer de 16,1 (+114,66%) à 20 euros(+166,66%), selon qu'il s'agisse de sa première consultation de ce spécialistedans les 6 mois ou pas. La FNIM, seconde fédération de mutuelles, revendique début 2005 près de 2,5 millions de « personnes protégées ».



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -