Agevillage

Population mondiale

Neuf milliards en 2050 selon l'Onu


Partager :

Neuf milliards d'êtres humains peupleront la Terre en 2050 contre 6,5 milliards actuellement, selon des projections officiellement rendues publiques jeudi 24 février par les démographes des Nations unies.

En 2050, la population mondiale s’accroîtra de 2,5 milliards d’individus supplémentaires indiquent les démographes de l’Organisation des nations unies. Cet accroissement revient à ajouter à la population mondiale actuelle les populations combinées de la Chine et de l'Inde, souligne la Division de la population des Nations unies, qui présentait sa «Révision 2004» des «Projections démographiques mondiales (1950-2050)».La tendance générale est toutefois à un ralentissement de la croissance démographique par rapport aux progressions des vingt à cinquante dernières années, ce qui tend à confirmer une lente stabilisation de la population globale.D'ici 2050, l'Inde aura dépassé la Chine en tête de la liste des pays les plus peuplés de la planète, et ces deux pays représenteront environ 50% de la population mondiale (contre 40% aujourd'hui).Sans surprise, la croissance démographique sera la plus élevée dans les pays pauvres qui éprouvent déjà des difficultés à assurer la sécurité alimentaire de leur population.«La population continue de croître mais à un rythme ralenti», résume le démographe Thomas Buettner, l'auteur du rapport, ajoutant que «la planification des naissances et une fécondité en baisse expliquent cette différence».La propagation de la pandémie du sida, qui réduit l'espérance de vie dans des proportions considérables, contribue également à ce ralentissement. En Afrique australe, l'espérance de vie est passée de 62 ans dans les années 1990-95 à 48 ans pour la période 2000-05.

TRIPLEMENT EN AFGHANISTAN, AU MALI OU EN RDC

Dans les pays riches industrialisés, à l'exception des Etats-Unis où les populations immigrées entretiennent une hausse de la démographie, le renouvellement des générations n'est plus assuré.Dans ces conditions, la population de ce groupe de pays d'actuellement 1,2 milliard de personnes ne devrait pas augmenter d'ici 2050 - l'Onu prévoit même une baisse démographique en Allemagne, en Italie, au Japon, en Russie et dans d'autres Etats issus de l'éclatement de l'Union soviétique.«Ils entrent dans une zone inédite dans l'histoire de l'humanité», relève Hania Zlotnik, directrice de la Division de la population, rattachée au département des affaires économiques et sociales. «La mortalité est basse et la fécondité extrêmement basse.»A l'inverse, la population des pays pauvres devrait passer de 5,3 à 7,8 milliards d'habitants d'ici 2050, expliquant à elle seule l'explosion démographique attendue par l'Onu. Et les taux de croissance démographique les plus élevés se retrouvent dans les pays les moins avancés, où le contrôle de la natalité est pratiquement inexistant et où les familles de cinq enfants sont la norme.En Afghanistan, au Burkina Faso, au Burundi, au Congo-Brazzaville et en République démocratique du Congo, au Timor oriental, en Guinée-Bissau, au Liberia, au Mali, au Niger, en Ouganda et au Tchad, les populations devraient tripler dans les quarante-cinq prochaines années.Or ces pays sont précisément ceux «qui ne sont pas en mesure de fournir une alimentation et un logement suffisants à leurs populations», insiste Hania Zlotnik.Et dans chacun de ces pays, les études démontrent que les femmes souhaiteraient avoir moins d'enfants si elles en avaient le choix.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -