Agevillage

« Vivre à propos »- Les bénéfices de l'âge

Le temps de la liberté et de l'imprudence


Partager :

L’émission de France Inter « Alter ego » du vendredi 4 mars était, elle aussi, sur le thème du « Bien vieillir. Patricia Martin y recevait Jacques Rigaud, ancien Président de RTL etauteur de plusieurs ouvrages. Il vient de publier « Vivre à propos ». Pour luil’avancée en âge n’est pas synonyme de perte, bien au contraire. « Prendrede l’âge c’est avoir le privilège de prendre le temps de faire les choses que l’on aime ». Parmi les auditeurs, certains ont confirmé.Un temps pour "être" et "faire", dégagé des contraintes- JacquesRigaud, 73 ans, nous dit avoir, depuis toujours, été inspiré par Montaigne dont il possède 17 éditions des Essais. Du philosophe du 16ème siècle, il cite notamment « A mesure que la notion du vivre est plus courte, il fautla rendre plus sereine et plus profonde ». Jacques Rigaud a également été profondément marqué par la perte d’un ami cher, de son âge, lorsqu’il avait 20 ans. « Je me suis senti alors en sursis »Alors, il conseille à ceuxqui geignent de penser à ceux qui sont morts trop tôt. Il n'aime pas le terme de "retraite" ; pour lui, la vie est "continuité". De cette étape particulière, il reconnaît, pour l’avoir vécu, qu’elle donne d’abord une sensation de vertige, devant le « vide ». Mais c’est en fait une nouvelle page de vie active qui s’ouvre. Il importe de rester dans le coup et de continuer « à faire ». C’est aussi l’heureux temps de l’imprudence , dégagé des contraintes, responsable uniquement de soi-même, on est alors libre de dire ce que l’onpense.Donner et transmettre- Les plus âgés que moi m’ont beaucoup appris, - dit Jacques Rigaud- j’ai estimé devoir faire la même chose vis à vis des plus jeunes. Les rapports entre grands-parents et petits enfants sont des rapports riches. "Les parents quadra sont stressés ...".C'est ce que confirme une auditrice de 90 ans qui apprécie les rapports d'adulte à adulte qu'elle entretient avec ses petits enfants déjà âgés de 30 à 35 ans. Elle s'étonne de voir combien, malgré la différence d'époque, les problèmes d'existence restent les mêmes. Elle sait qu'elle leur apporte le recul souvent nécessaire. On sourit en l'entendant dire "Les jeunes sont dans le court terme alors que les personnes âgées sont dans le long terme !"Jacques Rigaud poursuit en évoquant le privilège de la lenteur, du temps, de la création aussi. C’est le moment, ajoute un auditeur, de « découvrir le Mozart qui est en soi ».Cela est possible si l’esprit reste ouvert et la curiosité nourrie.Raviver l’envie - Une autre auditrice s’inquiète pour son père âgé de 87 ans, qui bien qu’ « ayant encore toutes ses facultés mentales n’a plus legoût de vivre. La fatigue de vivre est peut être un droit, estime Jacques Rigaud mais « tout ce que l’on peut faire pour raviver l’envie est la plus grande preuve d’amour ». Il arrive que l’on y parvienne avec la tendresse, la présence.NDLR -Nous n'avons pas encore lu "Vivre à propos" paru aux Editions Grasset. Il est le prolongement d'un autre ouvrage intitulé "Un balcon sur le temps", chez le même éditeur.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -