Agevillage

Philippe Douste-Blazy recentre sur la démographie et Catherine Vautrin ouvre les débats


Partager :

Après le discours politiquement ouvert mais engagé de Claude Evin, Philippe Douste-Blazy, ministre de la Santé, des Solidarités et de la Famille a étonné les professionnels rassemblés en souhaitant replacer la problématique du Grand Age sur "le vrai sujet d'aujourd'hui -selon lui- : le tauxde fécondité"."Comment payer des services avec de moins en moins d'actifs, de travail, derichesses... humaines ? J'ai l'humilité de dire que je ne sais pas" Le ministre a ensuite salué "l'imagination et l'implication des professionnels de la gérontologie",.Il a rappelé "le geste politiquement fort demandé aux français : un jour férié travaillé et un Plan Vieillissement et Solidarité, soit 8 milliards d'euros sur 4 ans."Suite à cette inauguration officielle, les visiteurs de Géront'Expo-Handicap'Expo ont apprécié l'énergie déployée par Catherine Vautrin, secrétaire d'Etat aux personnes âgées sur le Plateau de l'Espace Bien Vieillir Art et Culture.Elle a présenté sa volonté d'accélérer le Plan Vieillissement et Solidarité : 10 000 places de maisons de retraite devaient être créées en cinq ans, elle débloque 5000 places en 2005, soit 80 nouvelles maisons de retraite.Catherine Vautrin n'occulte pas la question du coût des services (ndrl : 1300 € à la charge des familles pour une place en établissement quand les retraites s'élèvent à 1100 € /mois).Elle y répond par l'identification des soins solvabilisés par la sécurité sociale et par l'APA.Le CNRPA (Comité national des retraités et personnes âgées) a tenu à lui re-présenter le rapport du Conseil Economique et Social sur une prestation HID (Handicap Incapacité dépendance) quelque soit l'âge.Devant les professionnels réunis en colloque, Catherine Vautrin est restée pour affirmer, entre autres, qu'elle rendra des comptes aux françaissur les crédits mobilisés vers les personnes âgées.Catherine Vautrin estime que "nous sommes au début de l'histoire : celle de la progressive prise de conscience par notre société de la révolution de la longévité".Aux professionels déçus, elle répond : VAE, campagne des Métiers du Grand Age, accélération du Plan Vieillissement et Solidarité, soutien des emplois aidés, transparence dans l'utilisation des crédits...Quant à la célèbre DOMINIC + 35 (Ndrl : calcul des moyens accordés aux maisons de retraite pour leur médicalisation), cette dotation minimale est décriée par la grande majorité des professionnels. Elle est jugée démotivante et allant à l'encontre d'un accompagnement de qualité.Catherine Vautrin rappelle, qu'après avoir écouté les professionnels, elle a fait évoluer cette DOMINIC pour les établissements accueillant des malades Alzheimer et les petites unités de vie. Mais, il semble que les pouvoirs publics n'envisagent pas d'autres assouplissements.Raison pour laquelle, certaines associations professionnelles (l'Adehpa) continent de décrier ces conventions tripartites, quand d'autres appellent à signer,car "si ça n'apporte rien, la démarche qualité est toujours un plus", selonle Synerpa.L'enjeu reste l'utilisation des crédits accordés.Les professionnels se disent en quête de sens, de mise en persective de leurs actions.La secrétaire d'Etat aux personnes âgées souhaite ré-ouvrir tous les débats. Elle préfère le dialogue au rapport de force, et précise dans le contexte financier que l'on connaît...



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -