Agevillage

Epidémie de grippe

13 morts dans une maison de retraite


Partager :

Treize personnes âgées sont décédées en l'espace de quinze jours dans une maison de retraite à Faulx, près de Nancy, victimes d'un «épisode épidémique» qui pourrait être la grippe, a-t-on appris mercredi auprès de la préfecture de Meurthe-et-Moselle.

Une «épidémie de grippe virulente» a fait treize mort en 15 jours à la maison de retraite de Faulx (Meurthe-et-Moselle, près de Nancy) où des affichettes fluorescentes avertissent le visiteur du danger. Sur ces treize personnes d'une moyenne d'âge supérieure à 90 ans, au moins neuf, selon le directeur de l'établissement Roger Dalla Costa, sont décédées «de façon sûre des suites de la grippe».La mort des cinq autres résidants n'est pas imputable à une cause infectieuse, mais à leur état de santé antécédent, a-t-il estimé. L'épidémie, qui semble enrayée à ce jour, a tué entre le 13 et 27 février, «avec une forte concentration sur la dernière semaine», a précisé le directeur de cette institution publique située dans un petit village lorrain.En plus du virus de la grippe, dont l'identification est encore en cours de confirmation par la cellule régionale d'hygiène, «certains patients ont développé une surinfection au pneumocoque», a expliqué M. Dalla Costa. Tous étaient vaccinés contre le virus grippal. «Cela montre que le vaccin n'est pas efficace à 100% et que le degré de protection diminue avec l'âge», a-t-il noté.Si les mois de janvier et février enregistrent traditionnellement beaucoup de décès dans les maisons de retraite, le personnel de l'établissement «La Rochelle» reconnaît «n'avoir jamais vu un tel pic de décès», selon la surveillante Laurence Brin.Le site accueille une centaine de résidants. Sur les neuf morts de la grippe, un seul a été hospitalisé. «Les médecins libéraux qui interviennent dans l'établissement ont estimé que leur hospitalisation n'était pas nécessaire», a indiqué M. Dalla Costa. Lui et sa surveillante en chef étaient en vacances la semaine où le plus grand nombre de malades sont morts.Les services préfectoraux ont été prévenus le 27 février. «On n'a pas compris tout de suite que c'était la grippe. Nos premières recherches ont porté sur la légionellose, ce qui s'est révélé négatif» , a encore expliqué le responsable de la maison de retraite. Mercredi 9 mars, la secrétaire d'Etat aux personnes âgées Mme Vautrin a tiré le signal d'alarme en indiquant dans un communiqué avoir été informée «d'un épisode épidémique ayant entraîné plusieurs décès» et ajoutant que l'épidémie était enrayée.Depuis le 27 février il n'y a plus eu de décès et le dernier cas d'infection pouvant évoquer la grippe date de quatre jours, a indiqué M. Dalla Costa. Encore cinq malades sont actuellement sous traitement mais sont en voie de guérison, a précisé jeudi le directeur départemental des affaires sanitaires et sociales, M. Philippe Michel.Des mesures d'isolement des malades, de protection du personnel et du visiteur ont été prises, le personnel soignant portant masques, gants à usage unique et sur-blouses. L'isolement des pensionnaires est plus difficile à faire appliquer: bon nombre de résidents très âgés souffrant de démence, «on a du mal à les confiner dans une chambre», dit une infirmière. La maison n'accepte plus aucun nouveau résidant avant un mois par mesure de sécurité.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -