Agevillage

Espérance de vie

Pour la première fois en France, elle dépasse 80 ans


Partager :

La durée de vie continue à s'allonger en France. Elle a fait un bond en avant en 2004 par rapport à 2003,année de la canicule, mais aussi par rapport à2002, année normale. Replaçant les progrès des dernières années dans une évolution de longue durée, depuis le milieu du XVIIIe siècle, Gilles Pison, démographe à l’Institut national des études démographiques, explique les raisons du formidable allongement de la durée de vie depuis deux siècles et de l'avancée particulière de 2004.

En 2004, l'espérance de vie d'un enfant à la naissance a pour la première fois dépassé 80 ans en France, où la population a connu sa croissance la plus forte depuis 30 ans pour s'établir à 62,4 millions, a indiqué jeudi 23 mars l'Institut national des études démographiques (Ined).«L'espérance de vie à la naissance dépasse pour la première fois 80 ans, hommes et femmes réunis (80,2)», écrit le démographe Gilles Pison dans le bulletin de l'Ined «Population et sociétés» de mars. Les femmes vivent toujours plus longtemps que les hommes, mais la vie moyenne progresse pour les deux sexes : 83,8 ans pour les femmes (contre 82,9 ans en 2003) et 76,7 ans pour les hommes (contre 75,9 ans en 2003).En 2003, l'espérance de vie «avait stagné en raison de la mortalité exceptionnelle de la canicule», qui avait fait près de 15.000 morts. «Mais si l'on compare avec 2002, l'espérance de vie a progressé de dix mois en deux ans. C'est nettement plus que la tendance des cinquante dernières années : trois mois par an, soit six mois en deux ans», précise l'Ined.Cette progression est une tendance de fond depuis deux siècles et demi, interrompue par les guerres napoléniennes, et les conflits de 1870, 1914-18 et 1939-45.

Baisse de la mortalité adulte

Aujourd'hui, alors que la mortalité infantile a atteint des niveaux très bas (3,9 pour mille en 2004), l'espérance de vie «ne progresse qu'en raison des succès rencontrés dans la lutte contre la mortalité adulte», souligne l'Ined. En 2004, l'espérance de vie d'une femme de 60 ans est ainsi de 26,5 ans, soit 7,7 ans de plus qu'en 1954. Un homme de 60 ans peut encore espérer vivre 21,5 années, soit six de plus qu'en 1954.Ce sont les succès dans la lutte contre les maladies cardio-vasculaires et les cancers, principales causes de mortalité, «qui ont fait reculer la mortalité des adultes et des personnes âgées à partir des années 1970», commente l'Ined.«La mortalité par cancer, qui avait augmenté, régresse maintenant grâce aux diagnostics plus précoces et au recul des comportements à risques comme letabagisme et l'alcoolisme», est-il précisé. L'allongement de la durée de vie, mais aussi la bonne tenue des naissances et un solde migratoire positif entraînent l'augmentation de la population.L'Ined estime ainsi la population en France au 1er janvier 2005 à 62,4 millions d'habitants, dont 60,6 en métropole, où «la population a augmenté de 361.000 habitants en 2004 (+0,6%). La croissance annuelle n'avait pas été aussi élevée depuis 30 ans».Il y a eu moins de décès en 2004 (509.000) qu'en 2003 (550.000). Par ailleurs, la France métropolitaine a enregistré 765.000 naissances en 2004, contre 762.000 en 2003. La France conserve d'ailleurs l'un des taux de fécondité les plus élevés de l'Union européenne (1,9 enfant par femme).Enfin, l'Ined enregistre aussi «une légère hausse du solde migratoire» (ndlr: différence entre le nombre d'entrées et de sorties sur le territoire), de 105.000 personnes, contre 100.000 l'année précédente (chiffres provisoires).Espérance de vie



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -