Agevillage

Thierry Breton, ministre des finances, et la Pentecôte non fériée

«Touche pas à mon jour férié, est-ce que c'est digne?»


Partager :

Le ministre des finances, Thierry Breton, défend le principe d’un jour de solidarité avec les personnes âgées. Le ministre du Budget rappelle que la Pentecôté nonchômée rapportera 2,1 milliards d'euros

Le ministre des Finances Thierry Breton en a appelé mardi 5 avril au civisme des Français envers les personnes âgées concernant le lundi de Pentecôte travaillé, ironisant sur ceux qui disent aujourd'hui «touche pas à mon jour férié» et jugeant que cette attitude n'est pas «digne».Interrogé sur Europe 1 au sujet de la polémique actuelle autour du jour férié travaillé, M. Breton a rétorqué : «Souvenons-nous de 2003, de la canicule, dans un formidable geste de solidarité on décide de faire le sacrifice d'un jour férié pour nos aînés, pour les handicapés, tout le monde est d'accord».«Et puis après, quand on arrive au pied du mur, qu'est-ce que j'entends? +Touche pas à mon jour férié+. Est-ce que c'est vraiment digne?», a questionné le ministre. «Pensez aussi à vos aînés», a-t-il lancé à l'attention des détracteurs du lundi de Pentecôte travaillé, notamment les syndicats. Au passage, M. Breton a remarqué «que nous sommes aujourd'hui dans une société où la durée de vie est beaucoup plus longue qu'auparavant». «Quand j'ai commencé à travailler on rentrait dans la vie active à 18 ans, on en sortait à 65 ans. Aujourd'hui on rentre dans la vie active à 24 ans et on en sort à 57 ans, alors que dans le même temps l'espérance de vie est passée de 74 à 84 ans, cherchez l'erreur!», a lancé le ministre.

«le lundi de Pentecôte rapportera 2,1 milliards d'euros»

La veille, lundi 4 avril, le ministre du Budget Jean-François Copé a déclaré, dans une interview à Paris Match que «le lundi de Pentecôte travaillé rapportera 2,1 milliards d'euros» en 2005.

  • 850 millions d'euros seront destinés aux personnes âgées,
  • 400 à la prestation autonomie
  • et 850 aux handicapés, détaille-t-il.
  • «Pour ceux qui s'inquièteraient, poursuit-il, la garantie figure noir sur blanc dans la loi que la totalité du produit sera affectée à une caisse de solidaritéindépendante du budget de l'Etat.»«Le lundi de Pentecôte a été choisi après consultation des recteurs», conclut-il, en réponse aux nombreuses oppositions à la suppression de ce jour férié. L'Unsa a renouvelé lundi son opposition à la suppression du jour férié du lundi de Pentecôte et en a appelé au président Jacques Chirac pour que soit suspendue cette disposition.Le secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault, avait proposé dimanche que l'on négocie dans les entreprises le lundi de Pentecôte férié ou que l'on en fasse «une journée de revendication» sur les salaires et le temps de travail. La FCPE a appelé la semaine dernière à ne pas envoyer les enfants à l'école ce jour là et la FSU a demandé au Premier ministre qu'il revienne sur cette mesure.



    mis à jour le

    Partager :


    Vos réactions

    Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



    Réagir à cet article :

    * ne sera pas affiché


    HAUT DE PAGE

    © Eternis SA -