Agevillage

Lundi de Pentecôte

Les protestations syndicales s’amplifient dans le secteur public


Partager :

la CFDT/Postes-Télécoms dépose deux préavis de grèveLa fédération CFDT Postes et Télécommunications, favorable à une «journée d'actions multiformes» le lundi de Pentecôte (16 mai), a indiqué mercredi 13 avril, qu'elle allait déposer pour ce jour-là, «deux préavis de grève nationaux» pour la défense de la réduction du temps de travail. La CFDT estime qu’il s’agit «d'une remise en cause idéologique des 35 heures reposant de manière lourde sur les salariés». Lla CFDT souhaite que «d'autres moyens soient trouvés pour assurer un vraie et efficace solidarité avec les personnes âgées».La FSU va déposer un préavis de grève pour le lundi de la Pentecôte La FSU, qui vient de tenir son bureau fédéral, a renouvelé son appel à une journée interprofessionnelle de grève pour le 16 mai, lundi de la Pentecôte, et annoncé mercredi 13 avr qu'elle déposera de toutes façons un préavis de grève, a-t-elle déclaré dans un communiqué. «La FSU appelle à poursuivre la campagne de pétition au Premier ministre contre la suppression de ce jour férié et, si la décision en est maintenue, elle propose à ses partenaires syndicaux de faire du 16 mai une journée d'action pour l'emploi, les salaires, la défense des services publics et contre la loi Fillon», a-t-elle affirmé.La CGT-cheminots «dit non» au lundi de Pentecôte travaillé La fédération CGT-cheminots a déclaré vendredi 15 avril dans un communiqué s'inscrire dans la «journée interprofessionnelle de grèves et de manifestations» du 16 mai prochain «pour dire non à la journée de Pentecôte offerte au patronat».La CGT-cheminots (majoritaire) a toutefois précisé «ne pas (encore) avoir déposé de préavis de grève» pour ce 16 mai, contrairement à Sud-Rail et à la CFTC-cheminots.«Nous nous inscrivons dans le cadre de la journée interprofessionnelle de grèves et de manifestations avec l'ensemble des salariés des secteurs publics et privés, pour dire non à la journée de Pentecôte offerte au patronat», a indiqué la CGT-cheminots. La CGC-Transports : « esclavage moderne » La CFE-CGC Transports a demandé vendredi 15 avril, à ses «adhérents de ne pas travailler» le lundi de Pentecôte estimant que le fait de travailler ce jour là «sans compensation salariale» est un «cas d'esclavage moderne» .Le président de la CFE-CGC, Jean-Luc Cazettes, a estimé dans le numéro d'avril de la Lettre confédérale que la suppression du lundi de Pentecôte férié pour financer un plan en faveur de la dépendance, décidée «laborieusement» par le gouvernement, «résulte d'une improvisation qui en dit long» sur ses «méthodes».



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -