Agevillage

Economies sur les médicaments anti cholesterol

La Sécu veut réduire ses dépenses de statines de 161 millions d'euros en 2005


Partager :

Dans le cadre d’un plan d’économies de 3 milliards d’euros à réaliser d’ici 2007 sur les remboursements de médicaments, la sécurité sociale souhaite économiser 161 millions d’euros sur les seules statines en 2005

L'assurance maladie veut économiser cette année 161 millions d'euros sur le remboursement des statines, des médicaments anti-cholestérol utilisés par quelque cinq millions de personnes, dans le cadre d'un plan global de réduction des dépenses de 998 millions en 2005 et de 3 milliards d’euros d’ici 2007.«L'objectif est de parvenir d'ici à la fin 2005 à une diminution de 1,5% des dépenses de remboursement des statines, ce qui représente une économie potentielle de 161 millions d'euros», ont indiqué jeudi 14 avril les responsables de l'assurance maladie lors d'un point-presse mensuel.Les statines représentent la première famille de médicaments «remboursée par l'assurance maladie (plus de 1,1 milliard d'euros en 2004 et plus de 46 millions de boîtes remboursées)», ont-ils ajouté. Les statines sont vendues sous le nom de différents produits (tahor, lescol, fractal...), entre 14 et 25 euros, et sont remboursées à 65%.«Nous devons travailler avec les médecins et l'industrie pharmaceutique pour optimiser leur utilisation», a déclaré le directeur de l'Union nationale des caisses d'assurance maladie (Uncam), Frédéric van Roekeghem.L'assurance maladie estime que les personnes atteintes de cholestérol ne doivent pas «commencer le traitement à la statine avant le traitement hygiénico-diététique (alimentation équilibrée, exercice physique, arrêt du tabagisme)».

Objectif des «plus difficiles»

En cas d'échec de cette méthode, ce n'est qu'«au bout de trois mois qu'un traitement est préconisé en fonction du taux de cholestérol et du risque cardiovasculaire» . L'industrie pharmaceutique est invitée à revoir le conditionnement (nombre de comprimés par boîte et dosage de chaque comprimé): «On recommande une dose de 10 mg. Les comprimés mis sur le marché en France sont à 20 mg et ils ne sont parfois pas sécables», a regretté M. Roekeghem.L'assurance maladie compte enfin sur l'arrivée de génériques en mai: «Un taux de générique de 80% permettrait une économie de près de 70 millions d'euros en année pleine». Les économies sur les statines s'inscrivent dans un plan de réduction des dépenses de 998 millions d'euros incluant quatre autres postes: antibiotiques, anxiolytiques et hypnotiques, arrêts de travail et affections de longue durée. «Cet objectif des statines est l'un des plus difficiles», a estimé M. van Roekeghem qui a ajouté: «Il y en d'autres où nous seront en avance», comme les arrêts maladie, grâce «aux contrôles que nous allons renforcer».Ces économies sont prévues par la convention passée entre la Sécu et trois syndicats de médecins libéraux le 12 janvier dernier - convention qui découle elle-même de la loi du 13 août 2004 sur la réforme de l'assurance maladie. La branche maladie a enregistré un déficit de 11,93 milliards en 2004, a indiqué le 6 avril le ministre de la Santé. En 2003, le déficit a été de 11,1 milliards (125,1 milliards de dépenses pour 114 milliards de recettes). Les remboursements de médicaments représentent environ 15 milliards de dépenses annuelles.La politique d'économies fait grincer les dents de certains médecins, qui ont présenté mercredi un «appel des 100»: «Nous n'avons pas à rougir de dispenser à tout malade les meilleurs soins, quel qu'en soit le coût», affirment les signataires.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -