Agevillage

Vieillissement et malnutrition

Aux Etats Unis, le personnel soignant s’inquiète des problèmes de nutrition après 65 ans


Partager :

Si l’obésité est l’un des principaux défis du monde médical, il en va autrement pour les personnes âgées de 65 ans et plus. Un article récent de l’American journal of nursing (La revue de l’infirmière Américaine) affirme que les problèmes de malnutrition des personnes âgées sont d’une brûlante gravité au regard des difficultés posées par l’obésité.

L’American journal of nursing (La revue de l’infirmière américaine) estime que la malnutrition est l’un des problèmes majeurs posé au personnel soignant par les personnes très âgées.Le principal problème est de reconnaître les personnes en état de malnutrition avant que l’irréparable arrive. « Certains perdent simplement du poids et leur apparence signale un état de difficulté » dit Mary Frank, présidente de l’Association des médecins de famille. « D’autres souffrent de malnutrition et vous ne vous en apercevez que si vous posez des questions : dites ce que vous avez mangé hier », qu’avez vous mangé aujourd’hui, on s’aperçoit qu’il y a un grave problème de carence alimentaire ».Il est tentant de croire que la malnutrition est lié au pouvoir d’achat. Notamment pour celles qui résident à domicile. Les personnes âgées sont pauvres et donc se nourrissent mal. Mais ce serait un erreur. Il arrive souvent que les personnes âgées aient du mal à digérer et que leur métabolisme ne soit pas en mesure d’absorber les nutriments. Une moindre production des acides dans l’estomac empêche d’absorber la vitamine B.Le Dr Frank se rappelle une patienté âgée qui portait une mystérieuse brulure au genou. Elle avait pressé son genou contre un radiateur brulant sans ressentir de douleur. Après examen, les médecins ont trouvé une déficience en vitamine B12, qui avait entraîné une perte de sensibilité.Avec l’âge également, les cinq sens perdent de leur acuité. L’odorat, les papilles gustatives sont de puissants moteurs pour inciter à s’alimenter. Qu’ils viennent à manquer et commence alors le début de la malnutrition. La perte de facultés mentales peut représenter le début des désordres alimentaires aussi : une personne perd le sens de la faim, ou ne connecte plus la faim et ce qu’il convient de faire pour un remédier.Enfin, l’une des plus grandes causes de malnutrition est l’isolement et la dépression qui l’accompagne. Mais des personnes qui vivent avec un conjoint handicapé peuvent également cesser de prendre soind ‘elles mêmes. « Il m’arrive de voir que le patient caché est l’épouse qui prend soin d’un mari âgé et victime d’Alzheimer. Elle prend soin de l’autre, mais se délaisse elle même ».



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -