Agevillage

Services aux personnes

L’ADMR et L’Unassad se positionnent sur le marché


Partager :

L’Unassad et l’ADMR , les deux plus grandes fédérations d’associations du secteur des services à domicile veulent profiter de la loi Borloo pour élargir leur offre en direction des particuliers

L’Unassad et l’ADMR, les deux plus importantes fédérations d’associations d’aide et de services à domicile ont annoncé simultanément, le vendredi 27 mai, des alliances avec d’importants acteurs du secteur financier, pour conforter leur offre en matière d’aide et de services à domicile tant en direction des personnes âgées que de familles.L’ADMR s’est ainsi associée à la compagnie d’assurance AG2R et au Crédit Mutuel "en vue de créer une enseigne nationale commune. Cette enseigne prendre la forme d’une « plate-forme d’appels » dont les moyens de fonctionnement et l’organisation sont en cours de finalisation.Cette plate-forme «sera en mesure de fournir des prestations de services à domicile aux 15 millions de clients que regroupent ces trois réseaux et de proposer une palette très large de services adaptés aux besoins des personnes : l’aide à la qualité de la vie, la prise en charge des enfants, mais aussi le soutien à domicile des personnes fragilisées.L’UNASSAD de son côté a monté un partenariat « d’économie sociale » avec l’Union nationale des centres communaux d’action sociale (Unccas) le CREDIT COOPERATIF et la Fédération Nationale de la Mutualité Française (FNMF) pour le développement des services à la personne. Ce regroupement d’acteurs du secteur social et financier a lui aussi pour but de quadriller le champ du service domestique pour conforter sa « part de marché ».LabelisationCes deux regroupements s'affirment également décidés à œuvrer pour améliorer la qualité de l’offre de services actuellement fort disparate. Chacune des deux enseignes a commencé de mettre au point un label pour étalonner la qualité de service de l’ensemble des associations.Il est vrai que la loi Borloo semble accorder de l'importance à la qualité du service fourni par la création d'une Agence nationale des services à la personne (ANSP) chargée de promouvoir le développement et la qualité de ces services et dotée d'un budget de 117,4 millions d'euros sur quatre ans.Cette agence sera notamment chargée d'aider les enseignes nationales en voie de constitution ou de développement.Mais la question se pose de savoir s'il est raisonnable que les prestataires de service d'aide à domicile deviennent aussi labélisateurs de leurs propres services. Etre juge et partie risque fort d'enrayer l'effort voulu par le gouvernement vers la qualité.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -